ACTU - Un Rubens retrouvé en Écosse

Pierre Paul Rubens, Portrait de Georges Villiers, années 1620 - Pollok HouseAlors qu’il visite tranquillement la Pollok House en compagnie de sa femme et de sa fille, Bendor Grosvenor a une illumination face au portrait de Georges Villiers, premier duc de Buckingham et favori de Jacques Ier d'Angleterre. Et s’il s’agissait d’un vrai Rubens ?

Il faut dire que Bendor Grosvenor n’est pas n’importe qui et son flair lui a rarement fait défaut. Ce marchand d’art, historien de l’art et écrivain, a fait de la découverte de chefs-d’œuvre disparus sa spécialité comme en témoignent les deux émissions qu’il anime sur la BBC : Britain’s Lost Masterpieces (BBC4) et Fake or fortune? (BBC1). Rien d’étonnant à ce qu’il décèle alors la patte du peintre flamand sous les couches de peinture et de poussière qui ont altéré la toile au point qu’elle ait été considérée comme une copie de l’original pendant 400 ans.

L’analyse réalisée par les experts de la Rubenshuis - la Maison-Atelier de Rubens à Anvers - confirme son intuition : la datation des pièces de bois du cadre révèle qu’il s’agit d’une œuvre des années 1620, l’analyse aux rayons X écarte toute possibilité de copie et Ben van Beneden, le directeur de la Rubenshuis, certifie l’authenticité du portrait. Rénové par Simon Gillespie, le tableau déjà estimé à plusieurs millions fera escale à Kelvingrove, l’un des plus importants musées d’Écosse, avant de rejoindre son lieu d’accueil historique, le bâtiment du National Trust of Scotland.

En attendant l’annonce officielle, ne manquez pas d’aiguiser votre œil au Musée du Luxembourg où d’autres portraits princiers de Pierre Paul Rubens sont exposés.


Vous aimerez aussi…

AFP/Archives / STEPHANE DE SAKUTIN

Une vente record pour un tableau de Gauguin !

Une toile tahitienne de Gauguin vendue aux enchères pour 9,5 millions d’euros ! Oui oui, vous avez bien entendu 9,5 millions d’euros.

AFP/Archives / Christophe ARCHAMBAULT

Une paire de bottes portées par Napoléon vendue à plus de 117.000 euros

Nous avons appris qu’une paire de bottes portées par Napoléon Ier dans son exil à Sainte-Hélène avait été adjugée vendredi chez Drouot à Paris pour 117.208 euros. Une somme colossale n’est-ce pas ?

Cénotaphe de Michel de Montaigne par Prieur et Guillermain,
vers 1593,
calcaire,
Collection Musée d'Aquitaine, Bordeaux.
(c) DEC, photo B. Fontanel.
  • Actu

La dépouille de Montaigne retrouvée au Musée d’Aquitaine de Bordeaux ?

Des fouilles archéologiques menées à l’emplacement du tombeau de Montaigne, ancien maire de Bordeaux, pourraient permettre d’identifier la dépouille du célèbre philosophe.

Geoglyphes emoji Pérou (2)
  • Actu

Des archéologues ont trouvé des géoglyphes millénaires en forme d’emojis

Une découverte surprenante faite dans le désert de Nasca au Pérou grâce aux nouvelles technologies.