fbpx
Mémoire de l'oubli
Mémoire de l'oubli

Jakuchu

Du 15 septembre au 14 octobre 2018 -
Petit Palais //

  • Buddha Sakyamuni
  • Bodhisattva Manjusri
  • Roses and birds
  • Shellfish
  • Black rooster and nandin
  • Mandarin ducks in the snow
  • Fish and octopus
  • White phoenix and old pine
  • Fowls
  • White peacock and peonies under a pine
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Jakuchū Itō, né à Kyoto, est un artiste japonais considéré comme un excentrique à cause de ses œuvres inhabituelles pour la période Edo, le Japon des XVIIe et XVIIIe siècles. Il n’a commencé à s’adonner à la peinture qu’à l’âge de quarante ans. N’étant lié à aucun mouvement artistique, l’artiste japonais ne s’est imposé aucune limite dans son art, créant ainsi son propre mouvement. Un esprit positif et libéré se dégage de toutes les œuvres. Jakuchū Itō adorait peindre des canards, des poules et des coqs qu’il élevait lui-même. On a retrouvé des œuvres représentant des poulpes et des poissons mais aussi la belle et douce nature japonaise. La particularité de ses peintures est l’exceptionnel réalisme qu’elles dégagent, ce qui est rare dans l’art japonais. Elles nous donnent l’impression que les animaux vont surgir des peintures. Le Petit Palais nous propose trente rouleaux intitulés Images du royaume coloré des êtres vivants, des œuvres que l’artiste a mis une dizaine d’années à réaliser. Ces trésors, qui appartiennent à l’Agence de la Maison impériale du Japon, sont exceptionnellement prêtés au Petit Palais pour cette exposition d’une rareté inestimable. En raison de la fragilité de ces œuvres, l’exposition ne durera qu’un seul petit mois. Une chance à ne surtout pas rater. Alors à vos agendas !

This exhibition about Jakuchū Itō is a real visual and refreshing pleasure for the eyes. A must see !

Le saviez-vous : Jakuchū Itō a pour vrai nom Itō Jokin, mais il est connu sous plusieurs autres noms comme Keiwa et Tobei-an.

> On a vu, on vous raconte : l'exposition Jakuchu au Petit Palais en vidéo

Acheter le catalogue de l'exposition

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Mémoire de l'oubli