La Haye
La Haye

NANTES // Éloge de la sensibilité

Du 15 février au 12 mai 2019 -
Musée d'Arts de Nantes //

  • ©  Agence  photographique  de  la  Réunion  des  Musées  Nationaux  /  Photographie  :  Gérard  Blot
  •  ©Agence  photographique  de  la  Réunion  des  Musées  Nationaux  /  Photographie  :  Gérard  Blot

 

L’histoire de la peinture française du XVIIIe peut parfois paraître ennuyeuse. En réalité, c’est l’époque où elle a connu l’un de ses plus grands bouleversements. L’Académie Royale de peinture et de sculpture, ancêtre de l’Académie des Beaux-Arts, imposait une doctrine de hiérarchie des genres : la peinture d’histoire était adulée et la peinture de genre critiquée. Les passions qui animent les tragédies raciniennes ou les œuvres de Charles Le Brun étaient vues comme négatives, car elles détournaient l’homme du chemin de la raison. Cette mentalité change complètement au XVIIIe siècle : la sensibilité devient la qualité première de l’âme et les sentiments de l’homme sont valorisés. Les portraits d’apparat, célébrant le statut social, se transforment en une œuvre plus intime comme dans le magnifique Portrait de femme d’Adélaïde Labille-Guiard. L’exposition retrace cette évolution du début du Siècle des Lumières jusqu’à l’aube du XIXe et rassemble près de soixante œuvres conservées principalement dans les musées de Rennes, de Quimper, de Brest et de Nantes. Vous verrez des portraits de Jean-Baptiste Greuze avec de sublimes natures mortes de Jean-Siméon Chardin et des paysages incroyables d’Hubert Robert. L’exposition s’inscrit dans un cycle avec le musée des Beaux-arts de Rennes qui présente L’éloge du sentiment.



La Haye