The Hague
The Hague

COGNAC // L'ombre de la vapeur, Adrien M & Claire B

Du 4 avril à fin octobre 2019 -
Fondation d’entreprise Martell //

  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur - Fondation d'entreprise Martell
  • L'Ombre de la vapeur-Fondation d'entreprise Martell
  • Martell Gatebours
  • Martell Gatebourse
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • HyperFocal: 0
  • Vue de la Fondation d'entreprise Martell, Cognac
  • Fondation d'entreprise Martell

 

Ils sont de ces artistes contemporains que la rédaction d’Arts in the City suit avec attention : Adrien M & Claire B investissent la Fondation d’entreprise Martell avec une installation poétique, numérique et interactive, pour notre plus grand plaisir ! L’ombre de la vapeur est un ensemble de formes élaborées dans un fin voile de métal, véritables nuages suspendus sur lesquels sont projetées à l’aide d’une trentaine de vidéoprojecteurs des particules blanches en mouvement. À la manière d’un organisme, l’œuvre est modulée en temps réel par les visiteurs qui évoluent en son cœur, au rythme de leurs déambulations, de leurs gestes et de leurs haltes. Une expérience à ne surtout pas manquer.

Adrien M et Claire B ont imaginés une œuvre immersive qui nous plonge dans un univers profondément poétique et numérique. Sur plus de 900 m² d’espace, des nuages de vapeur semblent flotter dans l’air. Dans l’obscurité de la salle, leur surface métallique devient transparente pour ne laisser voir que les points blancs, qui semblent former un ciel hybride. La forme de chaque particule n’est pas sans rappeler le Torula, ce champignon typique de la région du Cognac qui recouvrait le bâtiment de la Fondation avant les travaux de rénovation. Ainsi, nous sommes invités à interagir parmi les formes que prennent ces petites particules. Le dispositif repose sur une trentaine de vidéoprojecteurs qui baignent ces nuages et une partie du sol dans un grand continuum d’images générées et animées en temps réel grâce à des ordinateurs synchronisés qui contrôlent les caméras infra-rouges. Une création sonore « cantique d’un champignon » composée pour l’occasion accompagne le parcours. Toute cette œuvre s’inscrit dans la lignée des recherches de la compagnie Adrien M & Claire B qui ont à cœur de reconnecter le digital à l’humain et la matière afin de créer un lien. Au-delà d’être une simple exposition, c’est une véritable expérience que nous propose la Fondation.



The Hague