Le mobilier d’architecte

Cité de l'Architecture et du Patrimoine
Du 29 mai au 30 septembre 2019

Du 29 mai au 30 septembre 2019 -
Cité de l'Architecture et du Patrimoine // 

  • Alessandro Mendini, Kandissi, 1980
  • Daniel Widrig, SpaceStream
  • David Adjaye chairs Washington Skeleton, 2013
  • Fernando & Humberto Campana, étagère Cabana, 2009-2010 fnac 2015-0068 Centre national des arts plastiques
  • Franck O. Ghery, fauteuil Power Play, 1992. FNAC931061 Centre national des arts plastiques
  • Gaetano Pesce, Up series 1969
  • Mario Botta, chaise Seconda, 1982, acier inoxydable, textile. Editeur Vitra
  • Michele De Lucchi, avec Philippe Nigro, Colonne de tabourets, 2005. Collection Fuori dal Mondo
  • Odile Decq, Chauffeuse Unesco, 2001
  • Thomas Heatherwick, Billet 1, Extrusion 1

 

L’ART D’INTÉRIEUR

Comment les architectes inscrivent leurs meubles, luminaires, et autres objets design dans l’art décoratif ? Parce qu’ils dessinent leurs créations avant de les fabriquer. À la différence du mobilier de leurs prédécesseurs de la Sécession viennoise, de l’Art Déco, du Bauhaus ou du mouvement Moderne, le mobilier des architectes des années 1960 à nos jours a peu été étudié jusqu’à présent. À l’heure où nos décorations d’intérieurs s’uniformisent, il paraissait important d’avoir une exposition comme celle-ci, capable de montrer l’originalité et la richesse du mobilier d’architecte. Au travers de prototypes, pièces uniques, et éditions limitées, vous découvrirez la production mobilière des architectes de 1959 à nos jours. Avec près de 300 pièces et plus de 125 architectes représentés, la Cité a vu les choses en grand et vous offre les plus grandes signatures de notre époque, déployées sur l’ensemble de ses galeries, sa bibliothèque ainsi que ses collections permanentes. La richesse et la diversité de cette production racontent des parcours individuels, des engagements professionnels, politiques, éthiques et culturels, retracent des pans d’histoire – dont celle de la technologie, digital compris – et ponctuent l’imaginaire collectif de références incontournables. La richesse et la diversité de cette production racontent des parcours individuels, des engagements professionnels, politiques, éthiques et culturels, retracent des pans d’histoire – dont celle de la technologie, digital compris – et ponctuent l’imaginaire collectif de références incontournables. Comme le canapé Kandissi de l’italien Alessandro Mendini, capable de montrer que le contenu d’un dessin pouvait être retranscrit sur un meuble. Bien au-delà de leurs qualités esthétiques ou ergonomiques, dont certains ont même fait l’économie, ces créations ont marqué les esprits et les mémoires par leur aspect innovant.

How do architects inscribe their furniture, lighting, and other design objects in decorative art ? With nearly 300 pieces, the City offers you the greatest signatures of our time.


Vous aimerez aussi…

© Duncan Hannah
  • Contemporain

Duncan Hannah

Galerie Pixi Marie Victoire Poliakoff 
Jusqu'au 30 juin 2019

Les œuvres de Duncan Hannah sont faites de réminiscences et de nostalgie ; elles s’apparentent parfois à la peinture d’Edward Hopper, de Balthus et de Francis Picabia.

© DS
  • Contemporain

Lisières

Maison de l'Amérique Latine
Jusqu'au 24 juillet 2019

David Solis est profondément marqué par ses origines latinoaméricaines et particulièrement par la forêt verdoyante de son pays natal, qu’il place au cœur même de son œuvre.

@ Tentatives de Bonheur
  • Gratuit
  • Photo

Tentatives de bonheur - sentiment éphémère

Maif Social Club
Jusqu'au 26 juillet 2019

Douze artistes tentent d’apporter une réponse à l’utopie du bonheur, notion à la fois insaisissable, subjective et intime.

ISAAZ Alice
  • Photo
  • Cinéma

En Scène !

D’un côté, l’école des comédiens, le cours Florent, qui forme depuis plus de 50 ans des acteurs et résonne comme un espoir de carrière scénique.