Expo Plein Air au Musée des Impressionnismes

  • Exposition Musée des Impressionnismes - Monet, les promeneurs
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Monet, La plage à Trouville
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Corot, Trouville, bateaux de pêche échoués dans le chenal
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Corot, Paysanne en forêt de Fontainebleau
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Constable, Raimstorm over the Sea
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Théodore Caruelle d'Aligny, Vue du Lac d'Annecy
  • Exposition Musée des Impressionnismes - Eugène Boudin, Dame en blanc sur la plage de Trouville

 

Champs, plages et forêts sont autant d’univers créatifs dans lesquels on imagine aisément le peintre impressionniste, palette à la main, prêt à saisir les nuances de couleurs du ciel. Ce qu’on sait moins, c’est que la peinture en extérieur n’est pas une innovation du XIXe siècle. Depuis le XVIIe, l’observation de la nature tient une place cruciale dans l’apprentissage de la peinture comme étape préliminaire à l’élaboration de paysages dans les ateliers. Ces traits de crayons, appelés « études », sont particulièrement utilisés lors des voyages – et la pratique est commune au XVIIIe siècle puisqu’un jeune noble en passe de terminer ses études ne pouvait se considérer comme accompli qu’après avoir effectué un tour d’Europe afin de visiter les différents lieux historiques du continent. C’est la suite de l’histoire que se propose de brosser le musée des Impressionnismes dans sa nouvelle exposition, partant du voyage de l’un de ces jeunes intrigants... Camille Corot, figure de proue et inspiration majeure des Impressionnistes, s’expatrie en Italie pour trois ans au début du XIXe siècle. Contrairement à ses prédécesseurs, l’artiste conserve l’habitude de peindre en extérieur à son retour, inspirant par la suite Georges Michel, Charles-François Daubigny et autres figures majeures dont les toiles se dévoilent au fil des salles et qui permettront au mouvement impressionniste de se développer sous le pinceau de Monet, Pissarro, Manet, Boudin ou Cézanne, pour ne citer que les plus célèbres.

MUSÉE DES IMPRESSIONNISMES
Du 27 mars au 28 juin 2020
99 rue Claude Monet, 27620 Giverny


Vous aimerez aussi…

Defile Sophie Hong, collection ete 2013, Fashion week Paris, le 26 septembre 2012, place Colette, Palais Royal. © Lucien Lung
  • Contemporain

Sophie Hong à la Piscine de Roubaix

La Piscine de Roubaix
Du 14 mars au 31 mai 2020

Découvrez l'univers de l'artiste Sophie Hong. Rêches, doux comme du velours ou d’aspect patiné, les rouleaux de soie de Sophie Hong ne passent pas inaperçus.

05_Vertumne et Pomone_m Fabre
  • Classique

Exposition Jean Ranc au musée Fabre

Musée Fabre
Jusqu'au 26 avril 2020

Jean Ranc, spécialisé dans le portrait des rois, a été l’élève de Hyacinthe Rigaud, célèbre portraitiste de la cour de Louis XIV.

©Frac Auvergne © Agnès Geoffray
  • Photo

Clermont-Ferrand- Agnès Geoffray

FRAC AUVERGNE
Jusqu’au 3 mai 2020

Les images ont un pouvoir immense, une puissance de vérité et de falsification indiscutable. Agnès Geoffray réfléchit continuellement au statut de l’image, à son potentiel fictionnel.

detail-PR_3I7A6602-PhotoZoéForget-web
  • Insolite

FERMETURE EXCEPTIONNELLE - Aubusson- Horizons perdus

Cité de la tapisserie d’Aubusson
Jusqu’au 2 avril 2020

Qui a dit que la tapisserie était un art désuet ? Certainement pas la Cité de la tapisserie d’Aubusson qui, après avoir accueilli la tenture Tolkien en son sein – tissée sur place par les lissiers – invite désormais l’artiste plasticienne Delphine Ciavaldini pour une installation textile monumentale, Les Horizons perdus.