fbpx
Arts in the City YouTube
Arts in the City YouTube

Voyante ou somnambule ?

voyante-courbet

Gustave Courbet -
La voyante, 1865 //


Courbet représente une jeune fille de face, en buste, la tête légèrement incliné, isolée de son environnement grâce à un cadrage très serré. Son regard est dirigé vers le spectateur, au premier abord on a le sentiment d’être observé. Mais dans un deuxième temps, on remarque qu’elle fixe quelque chose ou quelqu’un que nous ne pouvons pas voir. Ce tableau est un manifeste de l’œuvre de Courbet, autant dans son style que dans le sujet.

Le fond sombre de la toile contraste avec le visage éclairé de la jeune femme ce qui renforce l’attention sur elle. Son air énigmatique interroge. Qui est-elle donc ? A quoi pense-t-elle ? Le titre du tableau donne un premier élément de réponse : la Voyante. Elle semble en effet en connexion avec l’au-delà, ou en tout cas avec quelque chose qui nous échappe en tant que spectateur. Le tableau est également appelé la Somnambule. Cette double appellation confirme l’impression de situer entre la transe et le rêve. Dans les années 1850, se développent des réflexions philosophiques et scientifiques sur les sciences occultes, le somnambulisme, l’interprétation des rêves et l’inconscient. Il est très probable que Courbet se soit intéressé à ces phénomènes et nous représente ici une part de l’inconscient de cette jeune fille. Courbet peint cette toile presque 50 ans avant les théories freudienne sur le sujet.

Courbet est le chef de file du mouvement réaliste. Ce mouvement marque une rupture formelle et stylistique par rapport aux scènes idéalisées de l’art académique du début du XIXème siècle. Ce mouvement, né après la révolution de 1848, choisit de représenter des gens et des événements ordinaires dans un style naturaliste et libéré de toute convention morale. Dans ce tableau, Courbet applique ces préceptes et ne pratique aucune idéalisation.Le front de la jeune femme est bombé et disproportionné par rapport à son visage, le menton est creusé, on voit apparaître des imperfections sur sa peau. On est loin de l’idéalisation néoclassique pratiqué par des artistes tels que Jacques Louis David ou Antoine Gros. De plus il ne s’agit ni d’une muse ni d’une allégorie et encore moins d’un portrait bourgeois. Le peintre représente une anonyme. Cependant, certains historiens se sont penchés sur l'identité de la jeune fille et arrivent tous à la conclusion qu'il pourrait s'agir de Juliette, la plus jeune sœur de Courbet. Ils sont arrivés à cette déduction en attribuant certains traits caractéristiques de la jeune femme à ceux observés sur des portraits antérieurs identifiés : fente au menton, front bombé, pommettes saillantes.

juliette-de-courbet

 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Corot, La Femme à la perle

Corot et l'art du portrait

 Corot - La Femme à la perle (1842-1870) // Si Corot dut sa notoriété de son vivant à ses superbes paysages, ce sont bien ses portraits qui attiraient la convoitise de ses pairs. Son œuvre la…

Claude Monet - Waterlilies 1897 - 1899

Monet et les nymphéas

Claude Monet - Série Nymphéas (1899 – 1924) // Il n’y a qu’un pas entre Impressionnisme et Abstraction Cette série florale s’est faite en trois temps, le premier volet étant nommé Bassins aux…

guernica-picasso-820x300

Les 10 choses à savoir sur Guernica

Pablo Picasso -  Guernica, 1937 // Bien que vous ne puissiez pas admirer Guernica au cours de l’exposition, il est essentiel d’en connaître l’histoire pour mesurer toute la richesse du…

Anders Zorn, Le Buisson d'épines, 1886 - Exposition Anders Zorn au Petit Palais

Amarrage en rivages boisés

Anders Zorn -  Le Buisson d'épines (1886) //  Connu pour ses grandes aquarelles dans lesquelles il excelle à rendre le mouvement perpétuel des flots - « à mettre les vagues et les clapotis en…


Arts in the City YouTube