Christian Dior

Musée des Arts Décoratifs
Du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018

Jusqu'au 7 janvier 2018 - 
Musée des Arts Décoratifs //

  • Christian Dior, Robe Junon, Musée des Arts décoratifs
  • Christian Dior, Robe Opéra bouffe, Musée des Arts Décoratifs
  • John Galliano pour Christian Dior. Ensemble Shéhérazade, Musée des Arts Décoratifs
  • Maria Grazia Chiuri pour Christian Dior. Robe Essence d’herbier, Musée des arts Décoratifs
  • Marc Bohan pour Christian Dior. Tailleur Gamin. haute couture automne-hiver 1961, collection Charme 62.
  • Raf Simons pour Christian Dior. Haute couture automne-hiver 2012. robe du soir en satin duchesse jaune imprimé chaîne d’après la peinture SP178 de Sterling ruby . Paris, Dior héritage
  • Christian Dior, tailleur Bar, haute couture printemps-été 1947

 

7

Couturier du rêve

Le Musée des Arts Décoratifs s’habille en Dior, une plongée dans la mode des années 50 à nos jours qui ne risque pas de vous laisser de marbre. À 70 ans, la maison de couture emblématique n’a pas pris une ride - on revoit encore Charlize Theron nous susurrer d’une voix grave « C’est ça que j’adore » dans un défilé très effilé – et c’est au 107 de la rue de Rivoli que l’événement se fête. L’intérieur du bâtiment est métamorphosé pour une scénographie de haut vol, on est dans l’extravagance du bon goût. Sur les 3000 m² disponibles se mettent en scène robes, chaussures, chapeaux et autres sacs et bijoux du créateur, mais pas seulement. Si c’est bien Dior que l’on vient adorer, ce n’est pas uniquement l’homme qui en a porté le nom, mais bien tout l’esprit de la maison de couture dans sa globalité. Un podium monumental vient illustrer cette idée même. Sur quatre étages se succèdent les créations des designers “Héritage Dior” - on retrouve une nouvelle fois Charlize Theron d’ailleurs, ou plutôt sa robe mythique signée Raf Simons - le tout dans un halo de couleurs argentée, dorée et blanche. Yves Saint Laurent, John Galliano ou encore Maria Grazia Chiuri aujourd’hui, c’est eux qui écrivent cet héritage, autant de talents qui ont pris la direction artistique et la relève du maître couturier. Une relève de poids, Christian Dior, contraction des mots « Dieu » et « or » d’après son ami Cocteau, a su réinventer la mode féminine en seulement dix ans de carrière. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il tire un trait sur l’austérité et fait de la femme, de toutes les femmes, les ambassadrices de la couleur. Vert émeraude, rouge feu, bleu nuit, jaune d’or, dans un moment d’égarement on pourrait se croire dans un tableau de la Renaissance. Et pour cause, avant de faire du tissu son fer de lance, le créateur était galeriste, un passé que l’on retrouve parsemé dans l’exposition avec la présence d’œuvres d’art répondant aux œuvres Dior. Sacré empereur de la mode en 1949 avec sa collection New Look, Dior n’a depuis jamais perdu son éclat, un règne devenu mythe.

Christian Dior created his haute couture brand in 1947. Since then, six fashion designers managed to preserve his identity, as the exhibition reveals so. With 300 dresses and many accessories, the successful history of the house is explained through a fabulous scenography.

 


Expo suivante