MUMA
MUMA

Descente - Georg Baselitz

Jusqu’au 1er juillet 2017 -
Galerie Thaddaeus Ropac Pantin //

  • Zero Dom, (Cathedrale zero) Georg Baselitz, 2015 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Wie weit noch runter, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Wer alles Was alles Georg Baselitz, 2016 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Vue de l'exposition Descente 4, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Vue de l'exposition Descente 3, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Vue de l'exposition Descente 2, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Vue de l'exposition Descente 1, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Schwarzbraun muss mein Madel seingerade so wie ich, 2016 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Ohne Titel, (Sans titre) Georg Baselitz, 2016 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Ohne Titel, (Sans titre) Georg Baselitz, 2016 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin (2)
  • Ferdinand, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Die italienische Treppe (Les escaliers Italiens) Georg Baselitz, 2017 - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Atelier 3, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Atelier 1, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin
  • Absatz fur absatz, Georg Baselitz - Descente a la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin

 

15

La tête en bas

« J’ai décidé de faire des tableaux inefficaces » déclare un jour Georg Baselitz. Par inefficace, il veut dire que sa peinture ne va pas de soi, qu’il ne cherche pas l’harmonie ou l’équilibre des formes et des couleurs, mais au contraire un déséquilibre. Figure essentielle de l’art contemporain, le peintre allemand se distingue dès les années 1960 par son interprétation croisée de l'expressionnisme allemand, sombre et poétique, et des techniques libérées de la peinture américaine comme le dripping ou le all-over. Cet amalgame donne naissance à de grandes toiles fascinantes, peu contrastées, presque agressives, où le dessin est comme pris dans des couches épaisses de peinture. Cette exposition regroupe une quarantaine de toiles récentes de l’artiste et autant de travaux très personnels sur papier, où il revient sur ses œuvres de jeunesse, la notion de vieillesse et sa relation avec son épouse. On y discerne des références à Otto Dix et à la solitude de l‘artiste exprimant sa subjectivité, des réinterprétations du célèbre Nu descendant l’escalier de Marcel Duchamp ainsi que l’influence de Picasso, tenu en échec lorsque sa donation fut refusée par la ville d’Avignon. Toutes ses œuvres se répondent et sont liées par un fil conducteur qui est celui de la chute, de la descente. D’ailleurs ce qui frappe le plus reste la permanente représentation des corps à l’envers, la tête en bas, où la matière, la peinture, prime sur le sujet figuré. Cette descente se présente comme une simultanéité entre abstraction et figuration, qui échappe à tous dogmes et idéologies préétablis. C’est de cette tension que naît la puissance émotionnelle des toiles de George Baselitz.

The exhibition comprises five groups of works that are stylistically and iconographically linked to the fragmented self-portrait. Two of Baselitz’s concerns were the notions of “late work” and “age”, with a particular reference to the decision of the city of Avignon to reject the donation of a series of late works by Picasso.

Galerie Thaddaeus Ropac Pantin
Jusqu’au 1er juillet 2017
69 avenue du Général Leclerc, 93500 Pantin
RER Gare de Pantin (E)
Du mar. au sam. de 10h à 19h – Fermé le lun. et le dim.
Entrée libre



MUMA