METZ // Architecture et urbanisme japonais depuis 1945

Du 9 septembre 2017 au 8 janvier 2018 - 
Centre Pompidou-Metz //

  • Arata ISOZAKI, Projet City in the air - Elevation and Floor Plan, 1962
  • Dezain Hihyo (The Design Review), no.1, 2, 3 et 4, octobre 1967
  • Kurokawa Kisho no Sakuhin (Œuvre de Kisho Kurokawa), Bijutsushuppansha, 1970
  • Album, Ginza Haccho, Ginza Kaiwai, Toho shobo, 1954
  • Arata ISOZAKI, Maquette Cluster in the Air, 1982
  • Isozaki, Arata, Re-ruined Hiroshima Project. Hiroshima, Japan. Perspective, 1968.
  • Eglise de la lumière, Osaka, Japon (1987-1989) : maquette
  • KENGO KUMA & ASSOCIATES, Asakusa Culture Tourist Information Center, 2012
  • Curtain wall house (Case study house 7), Tokyo, Japon
  • Shigeru Ban, Curtain wall house, Tokyo, Japon
  • Tadao Ando, Eglise de la lumière
  • Endoh Masaki, Ikeda Masahiro, Natural Ellipse, Shibuya, Tokyo, Japon, Projet réalisé, 2000-2002
  • Sou Fujimoto Architects, Primitive Future House (N House), 2003
  • Terunonu Fujimori, Too-high Teahouse, Chino, Préfecture de Nagano, Japon : maquette
  • Itsuko HASEGAWA, Musée du Jardin du fruit, 1995
  • Itsuko Hasegawa, Maison version 1, Yaizu, Préfecture de Shizuoka, Japon
  • Takeshi Hosaka, Hoto Fudo, Yamanashi, Japon
  • Takeshi Hosaka, Hoto Fudo, Yamanashi, Japon
  • Takeshi Hosaka, Hoto Fudo, Yamanashi, Japon
  • Junya ISHIGAMI, Campus universitaire, Kanagawa, Kanagawa, 2008
  • Toyo Ito, Tower of winds, Yokohama
  • Itsuko Hasegawa, Maison version 1, Yaizu, Préfecture de Shizuoka, Japon : maquette d'étude 1, 1971 - 1972
  • Yamashita Kasumasa, Face House, Kyoto, Japon : Elévations finales est et sud
  • Kenzo Tange, National Gymnasiums for the Tokyo Olympics, 1964
  • Kikutake Kiyonori, Marine City, 1963
  • Kengo Kuma, CG Prostho Museum Reasearch Center, Kasugai-shi, Japon
  • Kengo Kuma, CG Prostho Museum Reasearch Center, Kasugai-shi, Japon
  • Kisho KUROKAWA, Nakagin Capsule Tower Building, 1972
  • Kurokawa, Pavillon Takara
  • Kurokawa, Pavillon Toshiba
  • Murata, Pavillon du groupe Fuji
  • Otani Sumitomo, Fairytale Pavillon
  • Antonin Raymond, Gunma Music Center, 1961
  • SANAA (Kazuyo SEJIMA + Ryue Nishizawa), 21st Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa, 2004
  • Takamatsu Shin, ”Ark”, Clinique dentaire, Fushimi, Kyoto, Japon, Projet réalisé, 1982-1983
  • Sou Fujimoto, Tokyo Apartment, Tokyo, Japan, 2012
  • Yamashita Kasumasa, Face House, Kyoto, Japon

 

Architecture et urbanisme japonais depuis 1945

1945, une date dont la puissance d’évocation est sans pareil lorsque l’on aborde l’Histoire du Japon. Si tragique et funeste soit-elle, cette année marque alors le début d’une nouvelle ère pour le pays, un nouveau départ. Le Japon incarne à cette époque-là le pouvoir de longévité et de résurrection propre au Phénix. Par l’esprit comme par la pierre, le pays doit se reconstruire. À travers l’architecture et l’urbanisme, on voit alors se matérialiser le nouvel éveil du Japon, la façon dont le pays du soleil levant se relève avec lui. En 1950, l’île n’échappe pas à la déferlante architecturale du nom de Le Corbusier. Le territoire s’érige alors petit à petit sous le spectre du modernisme. Dans la même veine, entre 1955 et 1965 l’intégration et l’utilisation massive du béton dominent les constructions. Mais un tournant de taille s’opère à partir de 1970, avec l’Exposition universelle d’Osaka dont ont découlé deux tendances architecturales, « le métabolisme » et la « nouvelle vision », puisant toutes deux dans l’innovation des formes, des matériaux et des technologies. Les années 1980 et 1990 sonnent quant à elles un désir de simplification, le style est épuré et l’on parle même d’une architecture de la disparition. C’est également l’époque où l’on va davantage penser au concept de maison individuelle, au reflet de son temps, et à l’architecture d’urgence en réaction au tremblement de terre de Kobe. La relève est aujourd’hui assurée par une foule d’architectes dont la renommée internationale est sans appel. Tadao Ando, Toyo Ito, Shin Takamatsu, Kazuo Shinohara ou Itsuko Hasegawa en font notamment partie. Ils développent une architecture narrative tout en prolongeant le principe de disparition. Une architecture, mais surtout un pays, qui depuis les années 1945 n’a cessé de se réinventer.

Centre Pompidou-Metz
1 parvis des Droits-de-l’Homme, 57020 Metz
Du 9 septembre 2017 au 8 janvier 2018