fbpx
Arts in the City YouTube
Arts in the City YouTube

L'envers du décor

Edgar Degas - 
Ballet, dit aussi L'Étoile (vers 1876) //

  • © Musée d'Orsay, tous droits réservés
  • © Musée d'Orsay, tous droits réservés
  • © Musée d'Orsay, tous droits réservés

 

La danseuse étoile s’élance avec impétuosité sur le devant de la scène pour le salut final. Frêle oiseau de tulle et de taffetas, elle déploie ses ailes pour un envol révérencieux. Ses sœurs de ballet l’admirent en coulisses, envieuses d’une grâce virtuose qui capte tous les regards et toutes les lumières. Un moment de gloire qui n’appartient qu’à elle.

Pourtant, impossible de ne pas remarquer la tache sombre tapie au milieu du décor de pastel qui semble ramener au sol le salut énergique. Sa présence est loin d’être anodine : elle est le point d’ancrage de l’univers des ballerines largement dépendantes des hommes qui décident de leurs carrières. Maître de ballet, librettiste qui attribue les rôles, directeur qui renouvelle ou non leur contrat, les jeunes filles doivent plaire à tous pour espérer percer.

Surtout, elles doivent trouver un riche protecteur pour payer les cours onéreux et subvenir à leurs besoins. Une nécessité qui les pousse parfois à accepter le pire. Surtout au début du XIXe siècle où la danse demeure l’activité érotique par excellence, où la sensualité des corps occupe une place aussi importante que les qualités artistiques. À côté de la discipline des pointes de pied et des arabesques, les petites demoiselles apprennent ainsi l’art de plaire, d’être désirables. Une réalité que Théophile Gautier commente en ces termes dans La Peau de tigre (1866) : « Le rat […] est corrompu comme un vieux diplomate et naïf comme un sauvage. À douze ou treize ans, il ferait rougir un capitaine de dragons, et en remontrerait aux plus éhontées courtisanes. »

Si Degas ne commente ni ne participe, il observe et retranscrit objectivement tout ce qui passe. Cette forme de prostitution qui ne dit pas son nom se délitera peu à peu et les danseuses obtiendront progressivement respectabilité et relative indépendance. Ne subsistera alors qu’une ombre planant sur un pan impitoyable de l’histoire de l’Opéra. Une ombre qui s’immisce subrepticement dans cette œuvre magistrale.

Visible au Musée d'Orsay
Du 28 novembre 2017 au 25 février 2018

Pour en savoir plus sur l'exposition : Degas Danse Dessin
Pour aller plus loin, découvrez notre dossier artiste : Degas, peintre photographique ?

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Claude Monet - Waterlilies 1897 - 1899

Monet et les nymphéas

Claude Monet - Série Nymphéas (1899 – 1924) // Il n’y a qu’un pas entre Impressionnisme et Abstraction Cette série florale s’est faite en trois temps, le premier volet étant nommé Bassins aux…

Portrait d’Alexander J. Cassatt et son fils, Robert Kelso Cassatt, 1884

Le portrait père-fils à la sauce Cassatt

Mary Cassatt - Portrait d’Alexander J. Cassatt et son fils, Robert Kelso Cassatt, 1884 //   Mary Cassatt est une artiste américaine - considérée comme la plus influente de son temps -…

Sheila Hicks, The Embassy of Chromatic Delegates, 2015-2016 - Sydney Biennale

Les œuvres mythiques de Sheila Hicks

S’il est une chose que Sheila Hicks refuse, c’est bien la répétition. Un postulat qui l’amène souvent à détricoter les projets précédents pour en tisser de nouveaux, nous invitant à reconsidérer le…

Irving Penn, Black and White Fashion wit Handbag (Jean Patchett), New York, 1950 - Exposition Irving Penn au Grand Palais

Icône photographique

Irving Penn -  Black and White Fashion with Handbag (Jean Patchett) (1950) // Tout en cercles, angles, courbes et lignes abruptes, cette photographie magnifie la robe et le chapeau sculptural…


Arts in the City YouTube