fbpx
Mémoire de l'oubli
Mémoire de l'oubli

NANTES // Nicolas Régnier

Du 1er décembre 2017 au 11 mars 2018 -
Musée d'Art de Nantes //

  • Nicolas Régnier, David triomphant tenant la tête de Goliath, Musée d'Art de Nantes
  • DTR373190 The Repentant Magdalene, c.1625 (oil on canvas) by Regnier, Nicolas (1590-1667); 122.2x96 cm; Detroit Institute of Arts, USA; (add.info.: Madeleine Repentente; Marie Madeleine;); Gift of Mrs. Trent McMath; PERMISSION REQUIRED FOR NON EDITORIAL USAGE; French,  out of copyright

PLEASE NOTE: Bridgeman Images works with the owner of this image to clear permission. If you wish to reproduce this image, please inform us so we can clear permission for you.
  • FER185685 St Sebastian Tended by the Holy Irene, c.1625 (oil on canvas) by Renieri, Nicholas (1590-1667); 171.5x219.4 cm; Ferens Art Gallery, Hull Museums, UK; Flemish,  out of copyright
  • Régnier Nicolas (1591-1667). Allemagne, Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg.
  • Nicolas Régnier, Allégorie de la Vanité, Musée d'Art de Nantes
  • Nicolas Régnier, Joueurs de cartes et diseuse de bonne aventure, Musée d'Art de Nantes
  • Nicolas Régnier, Saint Matthieu et l'Ange, Musée d'Art de Nantes

 

L’Homme libre

L’œuvre de Nicolas Régnier attire. Ce grand marchand d’art de Venise à l’inspiration certaine et aux œuvres audacieuses est bercé par ses racines italiennes et françaises. Façonné par une Rome du XVIIe siècle où les influences se mélangent, et où les scènes de piété sont peintes aux côtés de nuits folles dans les tavernes, dont les fêtes célébrées au nom de Bacchus promettaient l’ivresse et la libération. Régnier fait partie des caravagesques, ces peintres inspirés par les toiles de Caravage et sa vision de l’ombre et la lumière. À l’image d’un monde manichéen où foi et débauche s’opposent, les jeux de lumière se font théâtraux dans les œuvres du peintre. Régnier peint alors des scènes à l’obscurité pesante, un ténébrisme rompu par les notes de lumières éblouissant des personnages, des actions. À travers l’exposition, l’on découvre alors des scènes fascinantes, où se mêlent noirceur et beauté, et un « homme libre » à l’évolution constante et passionnante.

> On a vu, on vous raconte

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Mémoire de l'oubli