Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Kupka, comparé à Delaunay

Kupka -
Disque de Newton, 1912 //

  • kupka_disquesdenewton
  • robert-delaunay-relief-disques

 

Kupka et Delaunay, chanter la lumière, célébrer le soleil

Le salon des Indépendants de 1913, où étaient présents Kupka et Delaunay, révèle au public un nouveau style pictural dérivant du cubisme et baptisé par Guillaume Apollinaire : l’orphisme.

Admirez le pouvoir insigne

Et la noblesse de la ligne :

Elle est la voix que la lumière fit entendre

Et dont parle Hermès Trismégiste en son Pimandre

Tels sont les vers d’Orphée, quatrain publié par le poète en 1911 et dans lesquels on trouve la signification de ce nouveau temps de l’histoire de l’Art.

L’inspiration des peintres orphistes n’est plus tant l’objet que la lumière elle-même. Delaunay s’attache à nous montrer la simultanéité de la couleur et de la lumière, et à démontrer à quel point la couleur et la lumière génèrent du mouvement. Il le dit lui-même : “Une chose indispensable pour moi, c’est l’observation directe, dans la nature, de son essence lumineuse […] J’attache une grande importance à l’observation du mouvement des couleurs. C’est seulement ainsi que j’ai trouvé les lois des contrastes complémentaires et simultanés des couleurs qui nourrissent le rythme même de ma vision”. Le soleil devient son sujet : on raconte qu’il avait pour coutume de regarder le soleil droit dans les yeux jusqu’à l’éblouissement et de jeter ensuite sur toile les impressions de ses réactions rétiniennes. On en a tous fait l’expérience : fixez le soleil, fermez les yeux et vous verrez apparaître les tâches colorées et circulaires dont parle Delaunay.

Kupka, comme Delaunay, cherche à transmettre l’énergie du soleil. Ainsi, comme un travail préparatoire aux Disques de Newton, Kupka peint en 1911 La Primitive, sous-titrée d’ailleurs Éclats de Lumière, et inspirée par les effets des rayons du soleil passant à travers un vitrail. Déjà les formes circulaires que l’on retrouve dans les Disques de Newton s’imposent pour rendre compte de cette lumière solaire :

  • Kupka la primtive

 

Avec ce travail, les deux hommes sont des pionniers de l’abstraction. Tous deux semblent partager le principe énoncé par Kandinsky dans son fameux essai Du Spirituel dans l’art : “l'harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l'entrée en contact efficace avec l'âme humaine. Le soleil comme le chemin vers l’âme humaine, donc.

Visible au Grand Palais

Jusqu'au 30 juillet

>>En savoir plus sur l'exposition


Vous aimerez aussi…

Corot, La Femme à la perle

Corot et l'art du portrait

 Corot - La Femme à la perle (1842-1870) // Si Corot dut sa notoriété de son vivant à ses superbes paysages, ce sont bien ses portraits qui attiraient la convoitise de ses pairs. Son œuvre la…

Sheila Hicks, The Embassy of Chromatic Delegates, 2015-2016 - Sydney Biennale

Les œuvres mythiques de Sheila Hicks

S’il est une chose que Sheila Hicks refuse, c’est bien la répétition. Un postulat qui l’amène souvent à détricoter les projets précédents pour en tisser de nouveaux, nous invitant à reconsidérer le…

Auguste Rodin, bacchantes s'enlaçant, musée marmottan monet détail

Les Bacchantes, femmes ou diablesses ?

Auguste Rodin - Bacchantes s'enlaçant, avant 1896 // La magnifique collection de Monet est un paradis de l’art classique. Elle dresse un panorama merveilleux des achats et cadeaux les plus précieux…

Edgar Degas, Ballet dit aussi L'Étoile, vers 1876

L'envers du décor

Edgar Degas -  Ballet, dit aussi L'Étoile (vers 1876) // La danseuse étoile s’élance avec impétuosité sur le devant de la scène pour le salut final. Frêle oiseau de tulle et de taffetas, elle…


Requiem pour les Barthélemy