Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

AIX-EN-PROVENCE // Picasso Picabia

Jusqu’au 23 septembre 2018 –
Musée Granet //

  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP87.
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP62.
  • Anonyme. Paris, musée national Picasso - Paris. APPH2829.
  • 239 Pablo Picasso Bouteille et violon sur une table, Paris, 3 décembre 1912, ou plus tard Papier journal découpé et collé et fusain sur papier, 60,96 x 46,99 cm New Orleans Museum of Art, The Muriel Bultman Francis Collection © Succession Picasso, 2018
  • CH1768231 Fruit-bowl, Bottle and Glass; Compotier, bouteille et verre, 1922 (oil on canvas) by Picasso, Pablo (1881-1973); 45.4x55.6 cm; Private Collection; (add.info.: Fruit-bowl, Bottle and Glass; Compotier, bouteille et verre. Pablo Picasso (1881-1973). Oil on canvas. Painted in 1922. 45.4 x 55.6cm.); Spanish,  in copyright

PLEASE NOTE: This image is protected by the artist's copyright which needs to be cleared by you. If you require assistance in clearing permission we will be pleased to help you.
  • Pablo Picasso Guitare, 1918 Huile et sable sur toile, 54 x 65 cm Nahmad collection, Monaco © Succession Picasso, 2018
  • Pablo Picasso et Francis Picabia, Juan-les-Pins, Été 1930 Photographie d'époque, 12,1 x 7,6 cm Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte, Archives Olga Ruiz-Picasso © Succession Picasso, 2018 © ADAGP, Paris 2018
  • Picabia, Francis (born Francis-Marie Martinez de Picabia),
1879 – 1953,
French avant-garde painter and poet.

Matador in the Arena, 1941.

Oil on card, 105 x 76 cm.

Inv. no 11608.

Musée du Petit Palais, Geneva, Switzerland.
  • Picabia, Francis ; 1879–1953.

“Après la Pluie (Les Amoureux)
  • 37 Pablo Picasso Passe de cape, 1956 Huile sur toile, 60 x 73 cm Belfort, Musée d'art moderne – Donation Maurice Jardot © Succession Picasso, 2018
  • 157 Francis Picabia Conversation I, 1922 Aquarelle et crayon sur papier, 59,5 x 72,4 cm Tate Modern, Londres © ADAGP, Paris 2018
  • 281 Francis Picabia Portrait de Louis Vauxcelles, Barcelone1917 Collection particulière, Paris © ADAGP, Paris 2018
  • 42 Francis Picabia Tauromachie, 1912 Huile sur toile, 72 x 90 cm Collection Valérie Roncari, Courtesy Galerie 1900-2000, Paris © ADAGP, Paris 2018
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP28.
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP1997-4.
  • 3 Francis Picabia Andalouse (Espagnole à la mantille), 1923-1926 Aquarelle sur papier, 63 x 44 cm Collection particulière © ADAGP, Paris 2018
  • Pablo Picasso Femme à la Mantille [Fatma] Barcelone, Juin 1917 Huile sur toile, 116 x 89 cm Museu Picasso, Barcelone Don de Pablo Picasso, 1970 Photo Museu Picasso, Barcelona. Photographe Gasull Fotografia © Succession Picasso, 2018
  • 104 Man Ray Francis Picabia à Saint-Tropez, vers 1935 Epreuve gélatino-argentique, 11,2 x 8 cm Collection Pierre et Franca Belfond, Paris © ADAGP, Paris 2018
  • 257 Francis Picabia La Femme au monocle Huile, Ripolin et crayon sur carton, 105 x 75 cm Collection particulière © ADAGP, Paris 2018
  • 132 Francis Picabia La Main mystérieuse, vers 1938-1942 Huile sur panneau double face, 65 x 54 cm Musée d'art moderne et contemporain, Strasbourg © ADAGP, Paris 2018

 

La Peinture au défi //

D’un côté, nous avons l’andalou fougueux et passionné, un poil torturé, considéré aujourd’hui comme le fondateur du cubisme. De l’autre, le surréaliste parisien d’origine cubaine. Comment ces deux-là se sont-ils mutuellement influencés ? « Frères ennemis » : ainsi se définissait la relation houleuse mais nouée entre Pablo Picasso et Francis Picabia. On dit d’ailleurs que Picasso se faisait appeler Picabia lorsqu’il avait quelque chose à se faire reprocher. Il faut dire que les deux artistes sont en perpétuelle compétition… Grands noms de l’art moderne, initiateurs des grands courants artistiques du XXe siècle, ils partagent en fait tous les deux cette même course au dépassement de soi et ce besoin de rompre avec l’idée même de style, « le pire ennemi d’un peintre » disait l’Espagnol. Un angle original pour aborder l’art foisonnant de cette période intense, du cubisme au dadaïsme, du surréalisme au retour à l’abstraction en passant par le ready-made. Appuyée sur une sélection de peintures, de dessins, de photographies et d’archives, il s’y dégage une peinture mise au défi qui finalement, dans l’œuvre de l’un comme de l’autre, est dictée par un même fil conducteur : une liberté artistique poussée à son paroxysme.



Requiem pour les Barthélemy