2 surprise

ANTIBES JUAN-LES-PINS // Les vacances de M. Pablo 1920-1949

Du 28 septembre 2018 au 13 janvier 2019 -
Musée Picasso Antibes //

  • Femme  lisant,  Juan-les-Pins,  été  1920  Huile  sur  toile  100  x  81,2  cm    Musée  de  Grenoble  Don  de  l’artiste,  1921  MG  2132  ©  Musée  de  Grenoble
  • Minotaure  à  la  carriole,  Juan-les-Pins,  6  avril  1936  Huile  sur  toile  45,5    54,5  cm    Collection  particulièrePhoto  Maurice  Aeschimann  Genève
  • Paysage  de  Juan-les-Pins,  Juan-les-Pins,  été  1920  Huile  sur  toile  52  x  70  cm    Musée  national  Picasso-Paris  Dation  Pablo  Picasso,  1979  MP68  Photo  ©  RMN-Grand  Palais  (Musée  national  Picasso-Paris)  /  Mathieu  Rabeau
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP150.
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP85.
  • Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP130.
  • Musée Picasso Antibes
  • Musée Picasso Antibes
  • Le  Faune  au  manteau  violet,  Golfe-Juan,  2  septembre  1946  Huile  sur  papier  marouflé  65,5    50,5  cmCollection  particulièrePhoto  Collection  privée

 

Qu’il est bon de s’imaginer en vacances au soleil alors que les températures se rafraîchissent dangereusement… Sur les traces de Pablo Picasso, partons à notre tour nous réchauffer à Antibes, où le peintre catalan avait pour habitude de prendre ses quartiers avec sa famille, lorsque l’été battait son plein. S’il découvre cette jolie ville en 1920, il y retourne presque tous les ans, à chaque belle saison. Un rituel ou un besoin qui se renforce après la guerre : ses séjours se font désormais productifs et particulièrement créatifs. Dessins de nus sur la plage, formes cubistes sur la côte ou figure mythologique en lien avec le passé de cette cité historique… la collection du Musée d’Antibes se voit créée à l’été 1946, période où l’artiste a fait preuve d’une extraordinaire inspiration, sans aucun doute stimulée par le soleil méditerranéen. Tel un carnet de voyage, l’exposition, qui s’inscrit dans le cadre du projet Picasso-Méditerranée, à l’initiative du Musée Picasso Paris se fait intime et riche. Elle nous donnerait presque envie de réserver dès lors, nos prochaines vacances.



2 surprise