Passée au crible : Miró, nécessaire rétrospective

Grand Palais
Du 3 octobre 2018 au 4 février 2019

Jusqu'au 4 février 2019 -
Grand Palais //

  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (90)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (98)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (86)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (85)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (78)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (70)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (66)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (55)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (49)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (40)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (7)
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (12)
  • MAIL Maquette-de-l-arc
  • Vue de l'exposition Miro au Grand Palais - Paris 2018 (32)

 

Vous pensiez connaître Miró ? Oubliez tout ce que vous savez pour redécouvrir l’œuvre du maître catalan. C’est en effet une très belle rétrospective qui lui est consacrée dans son pays de cœur, la France. Cet artiste sensible et engagé nous laisse en héritage une œuvre forte, toujours empreinte de poésie et des couleurs chaudes de l’Espagne. Ne ratez pas son triptyque Bleu I, Bleu II et Bleu III, qui vous transportera vers d’autres contrées… Son art, que certains décrivent comme naïf, est pourtant loin d’être apolitique : comme le disait l’artiste lui-même, « Les gens comprendront de mieux en mieux que j’ouvrais des portes sur un autre avenir, contre toutes les idées fausses, tous les fanatismes ». Saviez-vous d’ailleurs que l’artiste s’est souvent réinventé au cours de sa carrière de près de 70 ans ? En témoigne la diversité des supports utilisés par Joan Miró tout au long de sa vie : peintures, dessins, céramiques, sculptures et même des livres illustrés ont été réunis. Ces 150 œuvres venant de musées internationaux, européens et américains, sont prêtes à vous raconter de belles et étranges histoires. L’écrivain américain Ernest Hemingway ne s’y est pas trompé, puisqu’il acheta le tableau La Ferme dans les années 1920. Miró était à la fois un doux rêveur et un combattant, mais aussi une source d’inspiration importante pour de nombreux artistes peintres américains, tel Jackson Pollock. Chapeau l’artiste !