Actu - Kaws installe une sculpture géante à Hong Kong

Le célèbre street artiste new-yorkais nous dévoile sa dernière œuvre d’art : une gigantesque sculpture gonflable à Hong Kong //

  • Kaws: vacances flottant dans le port de Victoria pendant le mois des arts à Hong Kong à partir du 22 mars
  • © tous droits réservés
  • © harimaolee
  • © Hong Kong Tourism Board
  • Canard dégonflé - Hong Kong
  • Canard gonflable Hong-Kong
  • Canard gonflable Hong-Kong
  • KAWS HOLIDAY Companion Hong-Kong
  • L’artiste Kaws, photographié en 2018 à la galerie Perrotin de Hong Kong
  • sculpture gonflable Kaws-Holiday Companion

 

Depuis vendredi, les hongkongais ont le plaisir d’admirer une sculpture gonflable aux dimensions vertigineuses, installée sur l’eau au beau milieu du port de Victoria Harbour à Hong Kong. Cette création singulière, baptisée KAWS : HOLIDAY Companion, est l’œuvre de l’artiste new-yorkais Kaws, qui signe ici son travail le plus monumental.

Longue de 37 mètres, cette installation représente Companion, un des personnages emblématiques de l’artiste. Elle a d’abord été exposée à Singapour, Séoul et plus récemment à Taipei, à l’extérieur du mémorial Tchang Kaï-chek. La version hongkongaise a été assemblée dans un chantier naval de Tsing Yi et restera pendant 10 jours.

Il faut dire que la réalisation a coûté un million d’euros, et le studio AllRightsReserved à l’origine du projet, sait que l’exercice est plus périlleux qu’il n’y paraît car la sculpture va devoir faire face aux intempéries et surtout aux courants ! Pour rappel, en mai 2013, un canard en plastique géant amarré quatre semaines sur le quai de Harbour city, avait dû être réparé et regonflé à plusieurs reprises.

Qui est Kaws ?

Reconnu dans le monde de l’art contemporain, Kaws, alias Brian Donnelly, est un artiste new-yorkais né en 1974 à Jersey City. Issu de la scène du street art, il a commencé en tant que graffeur à New-York dans les années 1990. Il retirait les affiches publicitaires des abris de bus pendant la nuit, pour peindre des visages caricaturistes sur les modèles avec des croix à la place des yeux, afin de mettre en péril la publicité. L’artiste concilie les références aux icônes de la culture pop (Mickey, les Simpson, les Schtroumpfs etc..), l’énergie frontale des peintres urbains (yeux en croix, crâne de pirate) et des moyens de production à grande échelle typiques du pop art. Ses personnages emblématiques (Chum, Accomplice, BFF, Companion) sont déclinés sous forme de jouets, de tee-shirts, de sérigraphies ou d’œuvres originales. En début de carrière, dans les années 1990, il collabore quelque temps pour Disney, où il travaille en particulier sur les 101 Dalmatiens. Ce passage a été déterminant pour toutes ses sculptures-figurines. Les mains et le corps de Mickey, ainsi que leur style graphique, se retrouvent ainsi sur tous ses Companions. Ses figurines connaissent un succès grandissant en Asie auprès de ceux qui ont grandi dans les années 1980 ainsi que les jeunes générations Y et Z en regardant Sesame Street et les dessins animés.

L’artiste a d’ailleurs été exposé en mars 2018 à la galerie Perrotin. Sa popularité mondiale l’inscrit dans le mouvement esthétique pop entamé par Andy Wharol, considéré comme un art pour les masses.


Vous aimerez aussi…

© PHOTO PETER DEJONG, AP
  • Actu

Actu - Deux oeuvres de Van Gogh exposées 16 ans après leur vol

Deux tableaux du célèbre peintre néerlandais sont depuis avril à nouveau exposés au musée Van Gogh à Amsterdam, 16 ans après leur vol. 

© Paris,Musée de l'Armée/Anne-Sylvaine MARRE-NOËL
  • Actu
  • Insolite

Insolite - Découvrez les secrets de Napoléon dans une expérience immersive

Avis aux amateurs de jeux immersifs et d’Histoire : l’expérience immersive Assassin’s Creed revient du 14 juin au 7 juillet avec son jeu de piste dans l’Hôtel national des Invalides. Ultime session pour découvrir les secrets de Napoléon 1er.

©Inrap/Denis Gliksman
  • Actu

Insolite – La plus vieille BD du monde a 12 000 ans

Angoulême est connue comme la capitale mondiale de la Bande dessinée. Cette reconnaissance est aujourd’hui attestée par la découverte d’une plaquette en grès datant de la fin du Paléolithique.

PHOTO SERGE GUÉROULT
  • Scandale

Actu - Ces œuvres qui ont disparu...

Elles seraient aujourd’hui 50 000 à avoir été prêtées aux musées et aux administrations sans jamais avoir été retrouvées. Ces œuvres de l’État « égarées », brisées ou volées sont tout simplement mal inventoriées sans que personne ne s’en aperçoive.