Actu - Deux oeuvres de Van Gogh exposées 16 ans après leur vol

  • Vue de la mer de Scheveningen
  • les-deux-peintures-ont-egalement-recu-de-nouveaux-cadres-les-anciens-ayant-ete-perdus-lors-du-vol
  • Van-Gogh
  • Deux oeuvres de Van Gogh retrouvées
  • tableaux-vue-mer-scheveningen-1882

 

Deux tableaux du célèbre peintre néerlandais sont de nouveau exposés au musée Van Gogh à Amsterdam, 16 ans après leur vol. Une bonne nouvelle pour la plus grande collection au monde d’œuvres du maître post-impressionniste.

Les deux tableaux en question ? "Vue de la mer de Scheveningen" (1882) et "Sortie de l'église réformée de Nuenen" (1884-1885). Le premier a subi une restauration complète en raison d'un morceau de peinture manquant, contrairement au second tableau qui n'était quasiment pas abîmé. Les restaurateurs ont toutefois dû enlever une couche de vernis vieillissant aux teintes jaunâtres, probablement appliquée par Van Gogh lui-même. Les deux peintures ont également reçu de nouveaux cadres, les anciens ayant été perdus lors du vol.

En 2002, des malfaiteurs étaient parvenus à dérober ces deux tableaux d'une valeur de plusieurs millions d'euros, en utilisant une simple échelle pour atteindre le toit du musée Van Gogh et une corde pour accéder au bâtiment sécurisé. En septembre dernier, les deux tableaux ont été retrouvés en Italie lors de la perquisition de l'ancien domicile d'un chef de la mafia, Raffaele Imperiale, membre éminent de la Camorra, la Mafia de Naples. C’est dans une maison proche de cette ville, précisément à Castellammare di Stabia, non loin de Pompéi, lui appartenant que les forces de la Guardia di Finanzia (police douanière et financière) italienne ont trouvé les deux tableaux.

Depuis deux mois, ils ont de nouveau leur place au musée et les visiteurs peuvent enfin les admirer.

Des voleurs napolitains à l’âme d’esthètes ?

Pour le ministre des biens culturels, Dario Franceschini, il s’agit d’« une récupération extraordinaire, qui confirme la force du système italien dans le domaine de la lutte contre le trafic d’œuvres d’art ». Le premier représente une tempête en mer, l’une des deux seules vues de la mer que Van Gogh a peintes durant ses années néerlandaises et un exemple important du style précoce de sa peinture. Quant à la Sortie de l’église de Nuenen, où officiait son père pasteur, il s’agit d’une petite toile peinte pour sa mère. En 1885, après la mort de son père, Van Gogh avait repris la toile et ajouté les paroissiens au premier plan, dont des femmes avec un châle - qui est porté en période de deuil.

Mais cet amour de l’art chez les mafieux trafiquants de drogue n’est hélas généralement qu’une base de négociation en cas d’arrestation, afin d’obtenir une réduction de peine contre la restitution des œuvres. Dans ce cas précis, les deux tableaux sont estimés à près de 100 millions de dollars (90 millions d’euros), chiffre d’autant plus improbable qu’ils sont trop connus pour être vendables. Toutefois, selon la loi néerlandaise, le détenteur des œuvres « disparues » pouvait en réclamer la légitime propriété au bout de vingt ans. Dommage, puisque le voleur serait caché à Dubaï… Cela tombe bien, on y construit des musées !


Vous aimerez aussi…

© brunosousa.pt
  • Actu
  • Découverte

Découverte - Des célébrités dans des peintures classiques

Les artistes d'un studio de création de logo ont eu l'idée de recréer numériquement une trentaine de peintures classiques avec des célébrités. 

©Christie's
  • Actu
  • Scandale

Actu - Toutânkhamon aux enchères relance le débat sur la restitution des oeuvres

La très célèbre maison de vente Christie’s fait encore parler d’elle en mettant aux enchères ce jeudi à Londres un objet représentant le dieu Amon sous l’apparence de Toutânkhamon, ce malgré les foudres du Caire.

©Douane
  • Actu
  • Scandale

Actu - Les œuvres d'art passent-elles la douane ?

Comme les animaux protégés, ce sont parfois des œuvres d'art victimes de trafic qui sont récupérées par la douane.

Leonard de Vinci, La Joconde, 1503.
  • Actu
  • Classique

Actu - La Joconde déplacée, son sourire toujours au Louvre ? 

Il ne s’agit pas cette fois de cambriolage rocambolesque ou de prêt, mais d’une rénovation. La Salle des Etats, pièce la plus visitée au Louvre en raison du célèbre sourire peint par Léonard de Vinci, doit voir partir sa vedette le 16 juillet au soir pour quelques mois, au profit de la magnifique Galerie Médicis.