Châteaubriant - Loire-Atlantique, terre de trésors

Château de Châteaubriant
Jusqu'au 29 septembre 2019

Avis aux chasseurs de trésors, cette exposition est sans aucun doute celle que vous devrez absolument avoir vue cet été. C’est une première, l’ensemble des trésors monétaires découverts en Loire-Atlantique depuis un siècle et demi sont présentés ici au Château de Châteaubriant ! Alors, quand on parle de trésors monétaires, on pense naturellement aux pièces de monnaie, et des pièces il y en a, à commencer par le fameux trésor du château de Blain qui date de 1591, et n’a été découvert que plus de 300 ans plus tard, par des ouvriers, découvrant le magot bien caché, enfoui à près de 10 mètres de profondeur dans une fosse d’aisance… ! Des pièces de monnaie mais pas que. Car la monnaie n’apparaît qu’au IVe siècle, et avant elle, il existait d’autres objets monétaires, comme les bijoux ou même les haches. Oui, oui. En Loire Atlantique, des haches en bronze, certaines datant de 1 500 avant JC et découvertes totalement par hasard par un particulier qui voulait planter des pommiers, et trouva en creusant un vase en terre contenant 30 haches ! Ici ce sont près de 3000 pièces et objets, vestiges du patrimoine qui nous racontent notre Histoire, depuis les Gaulois jusqu’au début du XXe siècle, la plus ancienne pièce exposée ayant plus de 2200 ans ! Nous partirons à la recherche de ces trésors, et rencontrerons les hommes qui ont permis leur révélation au monde, archéologues mais aussi restaurateurs ou numismates. L’occasion pour certains de découvrir des métiers, pour d’autres de déclencher des vocations. Et en effet, tout est fait pour que les plus jeunes se sentent bien et s’approprient l’exposition. Les Indiana Jones en herbe pourront ainsi participer à une visite sous forme de jeu de piste, d’autres préféreront se laisser bercer à la nuit tombée par la lecture de contes et d’histoires de trésors cachés, alors que les plus téméraires tenteront de dessiner leur propre monnaie. Et si cela vous donne des idées de retourner votre jardin à la recherche d’un trésor caché, on vous rappellera ici quelques règles essentielles, à commencer par le fait que fouiller avec l’intention de trouver un trésor n’est pas autorisé… Pour admirer de vrais objets d’exception, il vous faudra donc vous rendre dans ce sublime château, forteresse dans laquelle furent frappées en leur temps – comprenez par-là l’époque mérovingienne - les monnaies de la région. Des trésors dans un bijou d’Histoire, une somptueuse résidence qui a appartenu à plusieurs grandes familles françaises recevant jusqu’au Roi de France François Ier. S’il fallait vous donner une raison de plus de vous rendre dans cette sublime exposition, ce serait tout simplement de vous rappeler qu’elle est totalement gratuite, ce qui vous évitera de vous démunir de votre  monnaie à vous.

  • Aureus de l'empereur Postume (260-269) découvert à la Chapelle-Launay
  • Exposition Loire Atlantique terre de trésors au château de Châteaubriant - monnaie, archéologie
  • Exposition Loire-Atlantique terre de trésors au château de Châteaubriant - monnaie, archéologie
  • Hache à douille en bronze découverte à Treillière
  • Statère d'or gaulois des Namnètes découvert à Nantes
  • Tiers de sou d'or mérovingien frappé à Nantes vers 575 découvert à Nantes

 

C’est un véritable trésor qui vous attend - gratuitement s’il vous plaît - dans cette ancienne forteresse médiévale construite au XIe siècle. Ont été rassemblées pour cette exposition d’ampleur, près de trois mille pièces exceptionnelles, découvertes dans une quarantaine de communes de la région Loire-Atlantique sur près d’un siècle et demi. Il faut dire que le château en lui-même est un bijou : réaménagé plusieurs fois au cours du Moyen-Âge, cette somptueuse résidence a appartenu à plusieurs grandes familles françaises (les Laval-Châteaubriant, les Dinan, les Montmorency et les Bourbon-Condé) et a eu plusieurs visiteurs illustres, le roi de France François Ier en tête. Le château prend son aspect définitif pendant la Renaissance, au XVIe siècle. On ne pouvait pas rêver plus beau lieu pour venir admirer bijoux, pièces de monnaie et autres trésors appartenant au patrimoine archéologique et historique de la région... Alors, pour les archéologues en herbe, les historiens, les numismates et les doux rêveurs désireux d’en savoir plus sur la vie des hommes et des femmes ayant vécu à l’époque des Gaulois jusqu’au début du siècle dernier, le rendez-vous est donné au château de Châteaubriant !


Vous aimerez aussi…

César, Baldaccini César, Centaure
  • Sculpture
  • Vidéo

Montélimar - César - faces à face

Musée d'Art Contemporain Saint-Martin
Jusqu'au 31 décembre 2019

De César, on connaît le Pouce immense, les compressions de voitures des années 60, la statuette remise aux stars de cinéma lors de la cérémonie qui porte son nom… Mais qui connait ses dessins ?

Vue de l'exposition La ville au loin au frac Centre -Val de Loire, 2016 © Blaise Adilon
  • En famille
  • Vidéo

Azay-le-rideau - Les tours de Babel

Salle d'exposition Les Halles
Jusqu'au 22 décembre 2019

Pièces maîtresses de l'échiquier urbain, dominant le monde, extraordinaire terrain d'expérimentations pour les architectes qui rivalisent d'originalité à leur égard : les tours d'hier et de demain se donnent rendez-vous à Azay-le-Rideau.

Portrait de la soeur de l'artiste, HST, 92 x 74
  • Classique
  • Vidéo

Lyon - Jean Couty, portraits et compositions

Musée Jean Couty
Jusqu'au 15 décembre 2019

De Jean Couty (1907-1991) on connaît surtout les cathédrales, les chantiers et les paysages, mais on connaît moins ses portraits. À contre courant, l'artiste nous peint des tableaux criant de réalité. Le Musée Jean Couty sublime son travail dans cette exposition.

Pierre Buraglio, Esper lucat, Warden's hand, Stalag VII, 1987
  • En amoureux
  • Vidéo

Saint-Etienne - Pierre Buraglio

Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne Métropole
Jusqu'au 22 septembre 2019

Refusant le tableau de chevalet au profit d’une image constituée de multiples couches, Pierre Buraglio est un artiste du support et de la matière. Le musée d'Art Moderne de Saint-Etienne rend hommage à cet artiste souvent socialement engagé.