Azay-le-rideau - Les tours de Babel

Salle d'exposition Les Halles
Jusqu'au 22 décembre 2019

Quel est le point commun entre un jeu d’échecs, le quartier de la Défense à Paris et le mythe de Babel : la tour évidemment, apparue en force aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, elle semble parfois s’élancer avec arrogance vers le ciel comme Icare tentait d’atteindre le soleil. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Symbole de modernité et de pouvoir, toujours plus hautes, toujours plus futuristes, les tours ne cessent d’évoluer au gré des nouvelles problématiques, migratoires et environnementales. Elles apparaissent comme l’ultime solution aux enjeux de la conquête spatiale des villes, face aux questions de l'étalement, de l'augmentation de la population, de la saturation de la circulation, comme une réponse percutante à la nécessité de préserver les zones naturelles… Elles prennent moins de place au sol ! Et l’exposition organisée par la ville d’Azay-le-Rideau à deux pas du château, soutenue par le FRAC de la région Centre-Val de Loire, entend bien revenir sur la fabuleuse histoire de ces architectures vertigineuses. Plus de 40 œuvres et projets d’architecture expérimentale se déploient sur 180 m2 sous la forme de maquettes, dessins, collages, films… nous offrant un parcours dans l’imaginaire architectural et urbain, de l’après-guerre à aujourd’hui. Une entrée originale dans la création artistique et architecturale contemporaine, révélant l’envers du décor de ces tours érigées en pièces maîtresses d’un échiquier urbain géant. A quoi ressemblera la ville du futur ? Matériaux innovants, prouesses technologiques, espace repensé, Icare pourra t-il bientôt atteindre le soleil ? L’exposition développe des projets d’avenir autant que des dessins des années 50, passant d’un bâtiment penché à une tour de forme tentaculaire, jusqu’à des maisons d’un mètre carré… Autant de projets géniaux ou farfelus qui visent à repenser la ville et l’habitat.

  • Angela Hareiter, Kinderwolken -Children Clouds, 1967 Collection Frac Centre-Val de Loire
  • Vue de l'exposition La ville au loin au Frac Centre-Val de Loire, 2016
  • Michael Graeves, Humana Building, Louisville, 1982-1985 - Photographie Philippe Magnon
  • ACTAR Arquitectura, Tornado Tower, 2002 - Photographie Philippe Magnon
  • Mathias Goeritz, Torres de Ciudad Satelite, 1957
  • Vue de l'exposition La ville au loin au frac Centre -Val de Loire, 2016
  • Architecture Principe (Claude Parent, Paul Virilio), La Fonction Oblique, s.d.
  • Didier Fiuza Faustino, One Square Meter House, 2003
  • Vue de l'exposition La ville au loin au Frac Centre-Val de Loire, 2016
  • Vue de l'exposition La ville au loin au Frac Centre-Val de Loire, 2016

 

Comment certains architectes se saisissent du modèle de la tour pour repenser radicalement la ville et l’habitat ? C’est à cette question que tente de répondre ce parcours composé de maquettes, de dessins, de collages et de films, afin de voir la manière dont la tour d’habitat est devenue un enjeu important d’innovation technique majeure de notre époque. Apparue en force aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, la tour rejoue le mythe de Babel : elle s’élance avec arrogance vers le ciel comme Icare tentait d’atteindre le soleil. Chacune entend créer un monde nouveau, plus haut et plus idéal encore que les autres tours. Ce paysage de la ville moderne fait pourtant l’objet de nombreuses critiques, symbole de la ville moderne, il semble isoler et écraser celui ou celle qui l’habite. En réponse à ses critiques, les architectes d’aujourd’hui expérimentent des modèles alternatifs, en accord avec les problématiques migratoires et environnementales, dans un va-et-vient entre les scènes d’Europe, du Moyen-Orient et d’Amérique latine. Ce chemin entame une réflexion en lien avec la deuxième Biennale d’Architecture qui se tiendra du 11 octobre au 19 janvier 2020 au Frac Centre-Val de Loire sur le thème des solitudes.


Vous aimerez aussi…

Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger, Metafloristics, 2016-2018
  • Contemporain
  • En amoureux

Valence - Aux extrémités de notre univers

Musée de Valence, Art et Archéologie
Jusqu'au 29 septembre 2019

Signée des artistes suisses Gerda Steiner & Jörg Lenzlinger, cette plongée dans un univers foisonnant et poétique vous fera ressortir complètement béat...

Portrait de la soeur de l'artiste, HST, 92 x 74
  • Classique
  • En amoureux

Lyon - Jean Couty, portraits et compositions

Musée Jean Couty
Jusqu'au 15 décembre 2019

De Jean Couty (1907-1991) on connaît surtout les cathédrales, les chantiers et les paysages, mais on connaît moins ses portraits.

Tous droits réservés
  • Contemporain

Lyon - Biennale d’art contemporain : Là où les eaux se mêlent

Nuages à traverser, systèmes digestifs sculptés, ronciers et véhicules augmentés, désarticulés … Mais dans quel monde êtes-vous tombés ? Avec près de 30 000 m2, des usines Fagor au MAC et à la presqu’île, la biennale d’art contemporain de Lyon prend un nouvel envol et confirme sa place importante dans l’actualité artistique internationale.

© tous droits réservés photo Patrice Schmidt
  • Classique

Giverny - Ker-Xavier Roussel. Jardin privé, jardin rêvé

Musée des impressionnismes - Giverny
Jusqu'au 11 octobre 2019

A l’occasion de ses 10 ans, le Musée des Impressionnismes Giverny a choisi d’inviter un peintre nabi, Ker Xavier-Roussel, moins célèbre que ses camarades Pierre Bonnard, Maurice Denis ou encore Edouard Vuillard, fondateur du courant.