Le Havre s'éclaire de Nuits Électriques

MUMA
Du 4 avril au 20 septembre 2020

  • Expo Nuits électriques MUMA - Claude Monet, Le Port du Havre, effet de nuit, 1873
  • Expo Nuits électriques MUMA - Louis Hayet, La Parade, 1888
  • Expo Nuits électriques MUMA - Maxime Maufra, Féérie nocturne : Exposition Universelle, 1900
  • Expo Nuits électriques MUMA - Sonia Delaunay, Prismes électriques, 1914
  • Expo Nuits électriques MUMA - Gustave Caillebotte, Rue de Paris, temps de pluie, 1877
  • Expo Nuits électriques MUMA - Eugène Jansson, Nocturne, 1900

 

Lorsque vous pénétrez au MuMa du Havre, vous êtes éblouis par les jeux d’ombres et de lumières des 150 œuvres, peintures, photographies, aquarelles ou gravures présentées ici. Dans l’une de ces œuvres flamboyantes, Féérie nocturne, Maxime Maufra offre une vue de la Tour Eiffel illuminée, du Champ de Mars et du Palais du Trocadéro se reflétant sur la Seine.
La lumière électrique nous semble évidente de nos jours, à tel point que l’on n’y prêterait presque plus attention, à l’inverse des impressionnistes dont la curiosité a été piquée au vif par l’apparition de l’éclairage artificiel, au XIXe siècle, illuminant la nuit, pendant longtemps restée obscure. Aux lanternes et aux réverbères à huile, lumières vacillantes, ont succédé le gaz puis la fameuse « fée électricité », diffusant une lumière plus fixe et modifiant ainsi l’apparence du paysage environnant.

L’exposition montre la manière dont les artistes ont vécu ce grand bouleversement. « Les Impressionnistes ne se limitent pas aux représentations du paysage mais ont pleinement été témoins de leur temps.», explique Philippe Piguet, commissaire général du festival Normandie Impressionniste. Certains ont été fascinés par ce progrès technique, comme Henri Le Sidaner qui représente la Place de la Concorde sous la flamboyance des réverbères, tandis que d’autres manifestent une véritable nostalgie de l’obscurité naturelle, à l’instar de Léon Kaufman avec son Papillon de nuit, baigné dans la pénombre.

Le saviez-vous ?
Le Havre a été un précurseur de cette révolution de l’éclairage urbain en étant l’une des premières villes à abandonner le gaz au profit de l’électricité, en 1889. De même, cette ville portuaire fut le cadre de l’une des rares représentations impressionnistes de la nuit : Claude Monet y a peint Le Port du Havre, effet de nuit, œuvre présentée de manière exceptionnelle dans cette exposition.

MUMA - MUSÉE D’ART MODERNE ANDRÉ MALRAUX
Du 4 avril au 20 septembre 2020
2 boulevard Clémenceau, 76600 Le Havre