* Exposition L'invention d'Etretat au Musée des Pêcheries de Fécamp

Musée des Pêcheries de Fécamp
Jusqu'au 15 novembre 2020

  • LE POITTEVIN 2019.10
  • LE POITTEVIN 2012.11
  • LE POITTEVIN LA CHASSE AUX GUILLEMOTS
  • The black bay sequence

 

4

Trois ans à peine après son ouverture, le Musée des Pêcheries de Fécamp s’impose déjà sur la scène muséale nationale comme l’un des plus grands. Et cette exposition ne déroge pas à la règle, réunissant près de 70 œuvres signées d’artistes illustres, du peintre de marines Eugène Isabey au chef de file du Réalisme Gustave Courbet en passant par Le Poittevin, dont on célèbre cette année le 150e anniversaire de la disparition.

Nous sommes en 1831, et alors que le Romantisme connaît son apogée, notre artiste découvre Étretat, ses falaises abruptes s’érigeant hors des flots, ses scènes pittoresques de pêche nourries d’anecdotes… Mais à l’époque, peindre en plein air ne se fait pas. Rien n’arrête Le Poittevin qui ira jusqu’à se faire aménager un atelier sur la plage – dans lequel il invitera plus tard son ami Courbet à peindre sa série de vagues à l’été 1869.

Progressivement, le village de pêcheurs se transforme en station balnéaire, Étretat devenant la nouvelle Rome des artistes en pèlerinage. C’est à Eugène Le Poittevin, celui-là même qui aura su déceler dans cette nature sauvage son immense potentiel paysager et artistique, que reviendra la tâche de réaliser l’enseigne d’ornement de façade de l’hôtel Blanquet – plus connu sous sa dénomination d’époque « Au rendez-vous des artistes » – et qui hébergea de nombreux peintres de cette génération, dont Claude Monet.

Celui que l’on connaissait jusqu’à présent dans la capitale comme remarquable dessinateur et peintre de sujets historiques, aura su s’affranchir des thématiques classiques, et s’attacher avant tout le monde aux motifs d’une nature inégalée, s’imposant dès lors comme précurseur de l’impressionnisme.

MUSEE DES PECHERIES DE FECAMP
Jusqu'au 15 novembre 2020
3 quai Capitaine Jean Recher, 76400 Fécamp