Des voyageurs qui disparaissent, sculptures surréalistes de Bruno Catalano

  • Bruno Catalano - Voyageurs
  • Bruno Catalano - Voyageurs
  • Bruno Catalano - Brexit
  • Bruno Catalano - Fragments
  • Bruno Catalano - La foule
  • Bruno Catalano - Laura Lou
  • Bruno Catalano - Le même voyage
  • Bruno Catalano - Les voyageurs
  • Bruno Catalano - Les voyageurs
  • Bruno Catalano - Stanislas et Augustin

 

Impossible de rester de marbre face aux voyageurs incomplets de Bruno Catalano qui semblent disparaître sous nos yeux et dont seuls des lambeaux demeurent.  Et si cela nous touche autant, c’est parce que leur histoire est profondément humaine, intrinsèquement liée à la vie de l’artiste lui-même.
Né au Maroc en 1960, sa famille et lui son contraint à l’exil en 1975 et trouvent refuge à Marseille. Bruno Catalano y deviendra marin, avant de se reconvertir à la trentaine en « artisan sculpteur » comme il se définit lui-même.

On pourrait croire que ses œuvres visent à exprimer la douleur du déracinement qui ne l’a jamais quitté – et sans doute est-ce un peu le cas – mais ce serait limiter sa production à une souffrance quand il s’agit de bien plus que cela.
Le voyageur est dans l’entre-deux, il est celui qui est parti mais n’est pas encore arrivé. Celui qui laisse une partie de lui-même pour trouver autre chose, dont il ignore encore la nature. Incomplet, il laisse derrière ce qu’il ne peut emporter, pour marcher vers l’espoir d’un meilleur avenir.

Les sculptures monumentales en bronze de Bruno Catalano sont installées dans les rues, symboles de nostalgie heureuse et de la douceur de l’espérance tranquille, en attente. Un état d’esprit qui résonne d’autant plus aujourd’hui à mesure que les rues se désemplissent, pour mieux renaître à l’avenir. C’est un voyage nouveau qui s’annonce.

Plus d'informations sur le site de l'artiste.

Découvrir d'autres artistes insolites...


Vous aimerez aussi…

HyperFocal: 0
  • Découverte

La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

Diplômé en architecture, la vision de Hugh Hayden envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps.

Leandro Erlich
  • Découverte

Leandro Erlich pose une échelle vers le ciel

Fortement imprégné de l’esthétique du réalisme magique, c’est en Nouvelle Orléans que Leandro Erlich a pour la première fois l’idée de ce qui deviendra ensuite ses installation phares « Window and Ladder – Too Late for Help » ou « L’ultime déménagement ».

Adrian Gray - Stonebalancing 5
  • Découverte

 La zen-attitude des roches en équilibre d’Adrian Gray

Pas un mouvement brusque, pas un souffle, pas un tressaillement… et peut-être est-il possible d’imiter l’artiste britannique Adrian Gray, qui a initié une nouvelle forme d’art. Le « stonebalancing », ou l’art que trouver l’équilibre des roches, est une forme de land art basée sur l’assemblage de pierres, en utilisant uniquement les forces cinétiques naturelles.

kumi yamashita 3
  • Découverte
  • Insolite

 Donner la vie aux ombres : les plaques de métal de Kumi Yamashita

Nous ne voyons que ce que nous nous attendons à voir, ce que nous connaissons : nos préjugés biaisent notre perception de la réalité. C’est ce que l’artiste japonaise Kumi Yamashita démontre à travers ses œuvres, jouant sur les ombres et les lumières pour former de parfaits trompe-l’œil visant à piéger les mécanismes et automatismes de notre esprit.