Cité du Vin
Cité du Vin

Le Salon des Beaux Arts ou « l’art à rebours » depuis 1861

L’Espace Froissart, la Maison Deyrolle, Maison de la Culture du Japon
Du 27 au 30 mai, du 1er au 12 juin et du 22 juin au 3 juillet 2021

  • Astrid Verhoef, Human Nature red smoke
  • Stanley Leroux, Rêverie variation 40
  • Tsuzen Nakajima, Mahoraba, 1999
  • Virginie Delmas, Homme au polo orange

 

4

Le Salon des Beaux Arts ou « l’art à rebours » ? L’expression que consacra Huysmans dans son roman s’applique tout particulièrement à ce très prestigieux salon qui n’a de classique que son nom. Fondé en 1861 par Louis Martinet et Théophile Gautier – célèbre auteur de La Morte amoureuse et théoricien de « l’art pour l’art » qui donna naissance au Parnasse – le salon fut avant tout initié en rupture avec le Salon officiel jugé trop conventionnel. Fourmillante, cette nouvelle ère bercée par l’industrie et le renouveau des sciences bouleverse profondément les courants esthétiques : Debussy, Mahler, Zola et son J’accuse !, Hugo au Panthéon, Les Fleurs du mal de Baudelaire et La Recherche de Proust... L’art est bouillonnant. Face à l’inébranlable et tout-puissant Salon officiel, placé sous la très haute autorité de l’Académie des Beaux-Arts depuis 1737, cet événement a toujours eu pour vocation de « rendre l’art indépendant et apprendre aux artistes à faire eux-mêmes leurs affaires ». L’ouverture de voies ferrées, l’invention des tubes de peinture à l’huile et la fronde contestataire dressée contre l’art académique mettent en branle l’Histoire de l’art et ouvrent la voie de la démocratisation de la culture. Le salon s’est depuis diversifié, témoignant de l’éblouissante richesse des arts représentés.

Lors de cette édition, découvrez dans les murs de la Maison Deyrolle, écrin de choix, les collections délicates et exotiques d’insectes, de coquillages et d’animaux naturalisés dans leur grâce éternelle. Venez y rêver les yeux ouverts autour des galaxies interstellaires de Stanley Leroux et des sculptures en verre aussi gracieuses que tentaculaires de Geffroy William. La Maison de la Culture du Japon accueillera sculpteurs, céramistes, peintres et artistes textiles dans le ballet éblouissant de matériaux sans cesse métamorphosés sous leurs mains de maîtres. Évadez-vous dans l’univers paisible et poétique des paysages enivrants de Tsuzen Nakajima, entre l’estampe japonaise et l’aquarelle ou des sculptures de plumes à la délectable fragilité d’Isabelle Léourier. L’Espace Froissart sera dédié à la photographie et aux œuvres de papier, frêles et éphémères dont la beauté n’a d’égal que la stupéfiante et minutieuse maîtrise. Ici, Isabelle Papasian sublime le matériau usé, métaphore charmante du temps qui passe et de la mémoire qui se transmet. Trois balades artistiques et complémentaires comme trois chapitres d’une nouvelle histoire de l’art. Une ode à la beauté et à l’élégance qui nous fait tant de bien.

SALON DES BEAUX ARTS

Espace Froissart - Du 27 au 30 mai 2021
7 rue Froissart, 75003 - M° Filles du Calvaire (8)
Tlj de 12h à 19h

Deyrolle - Du 1er au 12 juin 2021
46 rue du Bac, 75007 - M° Rue du Bac (12)

Maison de la Culture du Japon - Du 22 au 3 juillet 2021
101 bis quai Branly, 75015 - M° Bir-Hakeim (6)

Entrée libre pour tous ces événements.

Entrée sur invitation à télécharger sur le site officiel



Cité du Vin