Adobe
Adobe

Partez à la rencontre des derniers impressionnistes à l'exposition du musée de Lodève

Musée de Lodève
Jusqu'au 28 février 2021

Cette exposition dévoile toute la virtuosité des derniers impressionnistes, ces peintres du début du XXe siècle qui firent l'unanimité auprès du public pour leurs scènes intimistes et leur amour du paysage. Autour de 70 peintures et d'une trentaine de dessins, le musée de Lodève met en lumière l'importance de ce courant dans l'histoire de l'art moderne.

  • André Dauchez, Fumées de goémon, 1931
  • Charles Cottet, Port de Bretagne
  • Edmond Aman-Jean, Jeune femme à l’écharpe jaune
  • Ernest Laurent, Le Chapeau de paille, 1910
  • Gaston La Touche, L'Aube
  • Henri Le Sidaner, La Table bleue, 1923
  • Henri Martin, Petite fille en bleu
  • Henri Martin, Terrasse à la fenêtre, vers 1925
  • René-Xavier Prinet, La plage de Cabourg, vers 1910

 

9

On les surnomme les « derniers impressionnistes », pourtant leurs œuvres ont été réalisées durant le demi siècle qui a suivi la consécration du mouvement. Sous l’égide du sculpteur Auguste Rodin, un petit groupe d’une vingtaine d’artistes se fédère au cœur de la « Société nouvelle de peintres et sculpteurs », confrérie artistique célèbre et emblématique de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres. Issus de la glorieuse génération symboliste, ces artistes furent les témoins de leur temps, s’affranchissant de la pratique académique des Beaux-arts, tout en refusant de rentrer dans la modernité en adoptant la froideur de l’abstraction. Parmi eux, Albert Besnard, Henri Le Sidaner, Jacques-Emile Blanche, Georges Desvallières ou Henri Martin. Chacun de ces artistes avait son propre style, parfaitement identifiable.

Nos photos de l'exposition :

  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève
  • Vue de l'exposition Les derniers impressionnistes au Musée de Lodève

 

10

Ensemble, ils constituèrent le dernier courant majeur de l’art français à être dévoué à la nature, partageant une vision sentimentale des êtres et des paysages, éprouvant le même désir de laisser transparaître les émotions et les intériorités dans des peintures introspectives troublantes, empreintes de tendresse et de poésie. Leurs œuvres rivalisent de virtuosité ; Charles Cottet saisit les couleurs flamboyantes du Finistère, André Dauchez nous plonge au cœur des fumées ardentes de goémon sur les plages de Bretagne, Prinet nous prend par la main lors d’une promenade balnéaire élégante à Cabourg, Émile René Ménard nous conte le songe antique d’un paradis perdu, baigné d’une douce lumière méditerranéenne. De 1895 à 1939, cette fraternité d’artistes intimistes fit l’unanimité, recevant les louanges de la presse, plébiscitée par le public autant que par les conservateurs des musées du monde entier. Un phénomène unique dans l’histoire de l’art. Une peinture aboutie, pleine de sérénité. D’où peut-être un immense plaisir à redécouvrir ces toiles aujourd’hui.

  • Henri Martin, Terrasse à la fenêtre, vers 1925

 

1

Focus sur... Terrasse à la fenêtre de Henri Martin, vers 1925

Cette scène aux couleurs matinales représente la période pointilliste d’Henri Martin. De ses influences symbolistes, il garde une certaine poésie mystérieuse qui se dégage de ce paysage marin, aperçu depuis un intérieur. Une tasse servie sur une table, une chaise vide et un panier posé au sol font face à l’infinité de l’horizon. Ces quelques traces indiquent le passage d’un modèle désormais absent, laissant à voir un monde silencieux et apaisé.

  • Edmond Aman-Jean, Jeune femme à l’écharpe jaune

 

1

Jeune femme à l’écharpe jaune d'Edmond Aman-Jean, vers 1900

Le cadre est serré, les pastels embrasés... Ce portrait d’une jeune femme éblouit par son regard mali- cieux et ses drapés dansants. Cette figure rêveuse, à la pose languissante, est l’un des principaux sujets qu’Aman- Jean se plaît à décliner. Avec la légèreté de ses touches, le peintre dévoile ses talents de coloriste, créant une harmonie d’ensemble entre les nuances de vert bleuté et de jaune orangé.

 

Vous n'avez pas eu l'occasion de visiter cette exposition ? Ou vous aimeriez tout simplement la redécouvrir ?
Le musée des impressionnismes met à votre disposition sa visite virtuelle sur son site internet.

C'est par ici !

 

MUSÉE DE LODÈVE
Du 26 septembre au 28 février 2021
Square Georges Auric, 34700 Lodève



Adobe