Une oeuvre spoliée de Pissarro ne sera pas restituée à la famille

  • Camille Pissarro, Rue Saint-Honoré l’après-midi. Effet de pluie, 1897

 

1

Une spoliation sans retour

Fait intriguant… Une œuvre spoliée ne sera finalement pas rendue à sa famille ! En effet, la justice américaine s’est opposée à la restitution de la toile « Rue Saint-Honoré l’après-midi. Effet de pluie » de Camille Pissarro, exposée dans le musée Thyssen-Bornemisza à Madrid. On se souvient d’une affaire similaire datant de juin dernier, lorsque l’œuvre La Cueillette des pois (1887) du même peintre impressionniste avait été rendue aux descendants du collectionneur juif Simon Baueur, qui en avait été dépossédé. Un fait classique, suivant l’ordonnance du 21 avril 1945 qui assure la « nullité des actes de spoliation accomplis par l’ennemi ou sous son contrôle ».

Or, ce coup-ci, la Cour d’appel de Californie a confirmé ce 18 août que l’œuvre demeurerait la propriété du musée espagnol. Le procès avait débuté en 2005, après réclamation d’un héritier américain de Lilly Cassiner Neubauer, petite-fille d’un collectionneur juif, qui a été spoliée durant la Seconde Guerre mondiale. Mais après une enquête fastidieuse, les recherches ont retracé le voyage de la toile de l’Allemagne nazie jusqu’à l’Espagne, pour finalement conclure que l’œuvre avait été acquise par le musée en 1993 sans savoir qu’il s’agissait d’un bien spolié. En effet, contrairement à la France, le droit espagnol ne dispose pas de régime spécifique pour les objets ayant été dépossédés aux familles juives durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Une scène parisienne qui a vu du pays

Exécutée en 1897, la toile Rue Saint-Honoré l’après-midi. Effet de pluie de Camille Pissarro représente une scène de vie dans une rue parisienne teintée des couleurs hivernales. On y observe une place avec fontaine, devant de grands immeubles haussmanniens se déclinant à n’en plus finir… Sur les pavés humides, des centaines de petits motifs illustrent les silhouettes et les fiacres en mouvement à la manière des impressionnistes. Une scène urbaine typique des séries réalisées par l’artiste à partir de 1893, lorsqu’il abandonne progressivement les paysages de campagne. Ne pouvant plus peindre en plein air à cause d’une santé en déclin, Pissarro ne peint plus que derrière la fenêtre de sa chambre d’hôtel, place du Théâtre Français, travaillant sur les variations de la vue dans une quinzaine de toiles.

  • Camille Pissarro, Place du théâtre français, Paris : Pluie, 1898

 

1

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Lilly Cassiner Neubauer est contrainte de vendre la toile pour une somme modique à un marchand d’art nazi afin d’obtenir un visa pour fuir l’Allemagne. N’ayant reçu aucun argent jusqu’à la fin de la guerre, celle-ci a lancé un procès en restitution au pays qui lui a finalement versé une compensation financière d’environ 120 000 marks. Quant à la toile, elle ne l’a jamais revue puisqu’elle a été exportée au Etats-Unis et achetée par le baron Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza en 1976. Pendant près de vingt ans, l’œuvre va continuer à circuler dans le monde, entre l’Océanie, l’Asie et l’Europe, sans que sa provenance ne soit questionnée. Elle sera finalement acquise par le musée Thyssen-Bornemisza en 1993 et exposée de façon permanente. C’est là que Claude Cassiner, héritier de Lilly Cassiner Neubauer, décide d’entamer des poursuites après avoir reconnu la toile.

Une affaire qui se termine donc après des années de batailles judiciaires, laissant le gouvernement espagnol dans une position assez incertaine. En effet, si l’acquisition a été faite sans connaitre l’histoire du tableau, l’Espagne ne conteste pas pour autant qu’il a bel et bien été pillé pendant la guerre. La décision de le laisser au musée Thyssen-Bornemisza peut ainsi paraître surprenante, à la vue des habituels dénouements des procès pour spoliation.


Vous aimerez aussi…

Capture d’écran 2020-09-18 123217
  • Actu

L'amour caché d'Antoine de Saint-Exupéry

Saint-Exupéry en a aimé des femmes: Louise de Vilmorin, Hélène de Vogüé, l'inconnue d'Oran et Consuelo, qu'il épouse en 1931. A cette liste s'ajoute désormais celle que l'auteur surnommait « Plume d'ange », qu'il rencontre probablement en 1939 aux États-Unis.

Grands-Voisins-fermeture-Paris
  • Actu

Les Grands Voisins tirent leur révérence

C’est la fin des Grands Voisins. Depuis 2015, cette friche parisienne est célèbre pour animer le 14e arrondissement de ses concerts, expositions, marchés de créateurs et restaurants. Mais on en retient surtout ses nombreuses initiatives solidaires, proposant de l’hébergement d’urgence, des espaces réservés aux associations et aux artistes. Des portes qui se ferment bien tristement le 26 septembre prochain, mais avec joie et festivités, comme l’ont toujours fait les organisateurs de ce projet !

colomia attrape-coeur statue volée ranelagh
  • Actu

Une statue du street artiste Colomina volée à Paris

Une nouvelle qui devrait nous choquer mais qui nous fait sourire - avouons-le: c'est la quatrième fois qu'une œuvre de l'artiste est dérobée! L'Attrape-coeur est désormais inscrit aux abonnés absents et rejoint la trop longue liste des sculptures disparues.

Paul-Verlaine-Arthur-Rimbaud-Panthéon
  • Actu

Rimbaud et Verlaine iront-ils dormir au Panthéon ?

C’est un véritable coup de tonnerre qui s’abat sur le monde de la culture. Depuis plusieurs jours, une pétition circule pour revendiquer l’entrée au Panthéon des deux grands poètes français Paul Verlaine et Arthur Rimbaud. Une décision qui crée de nombreuses discordes dans le cercle des intellectuels et chez les descendants...