* Découvrez les révélations artistiques du Salon DDessin 2020 à l'Atelier Richelieu, Paris

Atelier Richelieu
Du 18 au 20 septembre 2020

Déjà 8 ans que DDesin nous surprend à Paris… Oubliez le dessin d’esquisse, oubliez les croquis poussiéreux, ici vous entrez dans le temple du trait. Un cabinet de dessins contemporains qui se déroule dans le très bel atelier Richelieu. Surprise donc. Tout n’est ici que création et étonnement. 700m² de somptueuses verrières, proches du Palais de la Bourse et du site historique de la Bibliothèque Richelieu. La promesse : être un tremplin pour la jeune scène artistique, travaillant le dessin sous toutes ses coutures. On y découvre les œuvres mises en lumière par le prix Art-Collector, les Deret, des collectionneurs qu’on vous conseille de suivre de près tant ils ont décidé de mettre un coup de pied dans la fourmilière très codifiée de l’art contemporain.

  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020
  • Vue du Salon DDessin 2020

 

31

On retiendra de nouvelles approches, propulsées par la vision avant-gardiste d’Eve de Medeiros, à la tête du Salon. Coup de cœur pour Samuel N’Gabo Zimmer, artiste franco-rwandais né en 1986, avec ses lignes entremêlées comme des racines ou des branches, à emprunter du regard comme autant de chemins et d’histoires possibles.

Qui est donc cette femme Bleue, sensuelle et énigmatique, réalisée dans cette magnifique fresque de Natacha Ivanova & Natalie Pivko ? Nous pénétrons telle alice dans leur monde au Pays des Merveilles peuplé de fleurs et de papillons enchanteurs.

Viennent ensuite les fleurs de papier de Rachel Marks qui nous accueille en son jardin tel Candide, fleuri d’une végétation riche de sens, qui ne demande qu’à s’exprimer… Tout en poésie et en délicatesse. Nous croisons le polyptique monumental de Ludovic Nino, dont les formes graphiques semblent nous échapper, sans parler de ces tubes de textes énigmatiques en noir et blanc, à déchiffrer par qui en aura la patience ou ces livres dont les lettres semblent souhaiter s’échapper, dans une lévitation toute poétique. Nous rencontrerons les formes futuristes et sculpturales de Peteros Ndunde, et resterons comme pétrifiés face aux dessins à la flamme de Diane Victor, incroyables de précision, qui attisent notre attention avec leurs ombres de suie. Quel éclat. Quelle maîtrise pour une artiste. Celle du feu. Une technique que l’on vous recommande de manier avec une extrême modération si vous souhaitiez vous y essayer chez vous. Des mappemondes peintes en poils, des dessins tissés par Margaux Dehry comme si une araignée en était la haute créatrice, jouant sur des palettes colorielles d’une délicatesse infinie, des visages mouchetés à la manière d’une peau de léopard dans lesquels on aime se perdre, qui est l’homme qui est l’animal, une délicieuse ambiguïté signée Sarah Navasse, des illustrations qui sortent du cadre comme par magie, au point de nous faire perdre la tête, les sculptures de papier de Swoon qui traversent la toile, les crânes ultra-design de Claire Fanjul… Autant de découvertes qui nous font prendre conscience que prendre un crayon à la main, ne s’arrêtera pas forcément à dessiner une ligne fixe sur du papier…

  • Alice Gauthier, Poudre III, 2019
  • Bastien Faudon, Azote, 2019
  • Claire Fanjul, Sphère Utopia, 2019
  • Cyrielle Gulacsy, , Paréidolia 09, 2019
  • Daniel Boursin, sans titre, 2016
  • Dany Leriche, Sea Watch, 2019
  • Emmanuel Azizeh, Take me home, 2018
  • Fabienne Houzé-Ricard, Nid-racines n°7, 2019
  • Jason Jagel, Fountain Head

 

9

Véritable tremplin du dessin contemporain, le festival accueille une vingtaine de galeries françaises et expose le travail d’artistes questionnant notre regard sur le monde extérieur. Une vraie pépinière d’avant-gardes !

L’édition 2020 de DDessin rend hommage, cette année encore, au travail de jeunes artistes français et internationaux. Il s’agit de la 8e édition de cet événement incontournable. DDessin offre un soutien majeur à la jeune génération, tout en exposant ses œuvres aux côtés de celles d’artistes plus renommés. Une vingtaine de galeries françaises et étrangères ainsi qu’une pépinière d’artistes investiront les 700 m2 sous verrières de l’Atelier Richelieu, promettant un panel de dessins aux formes diverses et variées. Le coup de cœur 2020 du salon, Samuel N’Gabo Zimmer, artiste franco-rwandais qui succédera au grand vainqueur de l’an passé, d’origine coréenne. Cet artiste contemporain se plaît à représenter des univers graphiques végétalisés. Il joue avec le relief de la structure ainsi créée, grâce à l’encre de chine. Il a notamment mis en scène des chevelures absolument stupéfiantes.

Focus sur une oeuvre

© courtesy galerie maria lund

Les visiteurs étaient nombreux l’année dernière lors du salon à découvrir le travail de Yoon Ji-Eun, artiste coréenne installée à Paris depuis 2007 et représentée par la Galerie Maria Lund. Lauréate du prix DDessin en 2019, l’artiste est de retour cette année, en tant qu’artiste invitée cette fois-ci. Graveuse et dessinatrice formée en Corée et en France, Yoon Ji-Eun s’attache à dépeindre les multiples strates qui font la réalité, faisant coexister des simultanéités de temps, de lieux et d’actions. Balançant entre des pôles contradictoires, ses œuvres dépeignent tantôt des scènes quotidiennes – un quai de métro, une femme qui étend du linge, des enfants qui jouent –, tantôt des paysages fantasmagoriques. L’artiste superpose parfois même ces deux univers, produisant ainsi des effets saisissants d’irréalité. De l’acrylique à la pyrogravure, en passant par les crayons de couleur et la marqueterie sur bois stratifié, elle s’empare des techniques les plus diverses pour donner forme à son imaginaire surprenant. Toujours en mouvement, Yoon Ji-Eun s’essaie en permanence à de nouveaux formats. Récemment inspirée par la sculpture grecque antique, elle intègre dans ses dernières créations des amazones, des néréides, des lions et des chevaux. Encore une strate supplémentaire dans l’œuvre de cette artiste hybride qui élargit notre réalité.

ATELIER RICHELIEU
Du 18 au 20 septembre 2020
60 rue Richelieu, 75002 - M° Bourse
(3)
Ven. et sam. 11h-20h et dim.
11h-19h
Tarif : 14 € - TR : 9 € -
Gratuit -14 ans