Découverte - L'artiste chinois Zhang Xiaoyuan peint des portraits avec ses nunchakus

  • Zhang Xiaoyuan en train de peindre avec ses nunchakus

 

1

On se souvient de Niki-de-Saint-Phalle pulvérisant de la couleur sur ses tableaux, ou de Hans Hartung peignant avec son très célèbre dripping, à même le sol. Bref, en termes de créations insolites, on pensait avoir tout vu. Mais depuis quelques semaines, un artiste chinois se fait connaître pour renouveler le processus, créant des portraits à l’aide de ses nunchakus…


Insolite est le mot

Depuis quelques jours, une vidéo circule en ligne. On y découvre Zhang Xiaoyuan, un artiste de rue chinois, qui crée à grande allure des portraits en noir et blanc avec ses nunchakus. Cette arme de combat japonaise à deux branches n’était pas jusqu’ici sortie des arts martiaux. L’Occident l’a d’ailleurs découvert avec l’acteur Bruce Lee, qui en fait bon usage dans un grand nombre de ses films.

Aujourd’hui, Zhang Xiaoyuan recourt à cet instrument culte pour le détourner d’une toute autre manière. Il s’en empare pour réaliser des peintures en trompe-l’œil, produisant des visages au réalisme déconcertant. Une technique acquise après de longues années d’observation auprès de professionnels des arts martiaux. Après avoir arrêté ses études, l’artiste a commencé à exercer en tant que peintre mural dès 2009. C’est à ce moment qu’il occupe ses temps libres à l’art de rue, s’entrainant à réaliser des peintures sur des bâtiments désaffectés. Avec un gigantesque pinceau, on le découvre dans une vidéo en train de créer de gigantesques mains en noir et blanc, semblant attraper un arbre au premier plan.

La rapidité d’exécution est impressionnante, mais reste pour le moins ordinaire. Comme l’explique l’artiste, c’est lorsqu’il s’est initié aux nunchakus qu’il a acquis des techniques bien plus complexes et extravagantes : « Il ne m'a pas fallu longtemps pour parvenir à peindre avec ça. Il est beaucoup plus difficile de peindre avec des nunchakus, car la texture est dure et la couleur sera très inégale. Jusqu'à présent, je n'ai fini que deux tableaux ».


Deux œuvres achevées

Sans vouloir rompre avec les arts martiaux, l’artiste chinois revendique justement un lien direct. Ses deux portraits dévoilent les visages de Bruce Lee, acteur renommé des films de kung-fu, et de Donnie Yen, qui a joué le rôle du grand maître IpMan. Zhang Xiaoyuan a lui-même été approché par des producteurs de cinéma, mais il a rapidement décliné, revendiquant « la liberté de son art ». C'est avec curiosité que l'on espère peut-être un jour voir l'artiste se produire devant nos yeux...


Vous aimerez aussi…

Exposition-Marik-Korus-CORAIL FUNGIA
  • Découverte

Découverte – Marik Korus et ses coraux de porcelaine

Céramiste depuis plus de 20 ans, Marik Korus a progressivement élaboré un véritable écosystème de sculptures organiques dans son atelier de Charente-Maritime.

Philip Haas, Les Quatre Saisons, Sonnabend Gallery
  • Découverte

 Les œuvres d’Arcimboldo transformées en sculptures monumentales sous la main de Philip Haas

Tout artiste s’inspire à un moment ou un autre des œuvres créées par les maîtres du passé ; Philip Haas a poussé cette pratique plus loin. Il a trouvé l’inspiration en observant les toiles de l’italien Arcimboldo auxquelles il a décidé de donner vie… de manière impressionnante.

Sakura Zensen - Japon - 2013 ©Christophe Raynaud de Lage
  • Découverte
  • Insolite

 Les "textes de guérison" des Souffleurs commandos poétiques pendant le confinement

En réaction à l’ennui et à l’enfermement, les Souffleurs commandos poétiques publient sur les réseaux sociaux de nouveaux poèmes – appelés « petits textes d’écriture de guérison » – chaque jour à 14h.

May Parlar, Collective Solitude 2
  • Découverte
  • Photo

La solitude collective de May Parlar

La série « Collective Solitude » de May Parlar, nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir…