* Le musée Bourdelle célèbre Beethoven dans sa nouvelle exposition

Musée Bourdelle
Jusqu'au 17 janvier 2021

  • Antoine Bourdelle, Beethoven aux deux mains, étude en plâtre, vers 1910
  • "Beethoven" esquisse inachevée
  • Antoine Bourdelle, Beethoven. Plume et encre brune sur papier, vers 1922
  • Franz Klein, Masque sur le vif de Ludwig van Beethoven
  • Antoine Bourdelle, Beethoven. Crayon au graphite et aquarelle sur papier
  • Bourdelle/Beethoven
  • Vue de l'exposition
  • Antoine Bourdelle, Beethoven. Crayon au graphite et aquarelle sur papier
  • Antoine Bourdelle, Beethoven. Crayon au graphite et aquarelle sur papier.

 

9

Pour célébrer le 250e anniversaire de Ludwig van Beethoven, un nouvel accrochage met en lumière le lien de filiation qui s’est progressivement tissé entre le compositeur allemand et le sculpteur Antoine Bourdelle. Fortement influencé par sa musique, l’artiste est tout autant impressionné par sa figure physique et symbolique qu’il n’a jamais cessé d’explorer dans sa série des quatre-vingts portraits sculptés, sa vingtaine de dessins et de photographies. Cet acharnement dans l’étude du visage de Beethoven révèle une grande admiration du sculpteur, ainsi qu’un fort sentiment d’identification, trouvant une ressemblance entre sa physionomie et celle du compositeur.

Bourdelle se fascine pour toute l’ambiguïté de cet artiste total et maudit, frappé par la surdité à 27 ans, et considéré comme l’un des plus grands musiciens de l’Histoire. Dans ce parcours à double teinte, un espace clair et lumineux présente des visages sculptés de Beethoven aux multiples expressions, toujours sévères et solennelles, en faisant la figure du génie romantique par excellence. Plus loin, un autre plus sombre et dramatique creuse cette identification obsessionnelle dans un dialogue de sculptures, photographies et dessins. Des œuvres impressionnantes qui illustrent cet échange passionnel entre un maître et son disciple au sein même de son atelier de création.