Musée Courbet
Musée Courbet

Le rêve étrange d'Henri Cueco à l'exposition du musée des Beaux-Arts de Dole

Musée des Beaux-Arts de Dole
Du 19 mai au 12 septembre 2021

  • Henri Cueco, Autoportrait aux cacahuètes, 2002
  • Henri Cueco, Chambre aux carreaux rouges, 1965
  • Henri Cueco, La vieille pomme de terre, 1992
  • Henri Cueco, Claustras avec moutons, 1976
  • Henri Cueco, Femme et flamant rose, 1967
  • Henri Cueco, Grande manifestation, 1969-70
  • Henri Cueco, Manifestation au couple d’amoureux, 1968-70
  • Henri Cueco, La patrouille, 1973-74
  • Henri Cueco, La mort de Sardanapale, d’après Delacroix, 1995-96

 

9

Cueco, journal d'un peintre
Ce rêve étrange et pénétrant

Stupéfait, comme le visiteur qui vient déambuler dans les salles et couloirs du musée de Dole. Un portrait en cacahuètes de comptoir, des silhouettes fantomatiques mi-humaines mi-canines, un nu à la Courbet sur fond de tissu jacquard à carreaux ou des ombres contestataires énigmatiquement nommées « couple d’amoureux » : les peintures présentées ici ont de quoi nous laisser pantois. Si Henri Cueco (1929-2017) nous livre une œuvre singulière qui semble de prime abord impénétrable, son style rustre et ironique le place dans la furieuse actualité des réflexions portées sur le statut de l’artiste et du collectif. Le parcours, pensé comme un journal, explore à ce titre sa production selon plusieurs perspectives pour embrasser le plus fidèlement possible la carrière si dense et prolifique d’un dessinateur malicieux et engagé. Le peintre sublime le quotidien : l’objet le plus trivial y est poétiquement magnifié en devenant le sujet de ce que l’on ose nommer œuvre d’art. C’est ainsi qu’une vieille pomme de terre flétrie et germée trône, élégante et majestueuse, dans son propre cadre.

Cueco peint l’ordinaire, le monstrueusement anodin. Ici un soulier à talon, des queues de cerises, un paquet de Gitanes ; là, une rallonge électrique ou une épingle à cheveux. La patate, comme il l’appelle, se dévoile dans une série de « portraits » où tout est crument décortiqué : textures étranges, plis terreux ou protubérances abominables. « Le silence obtus de la pomme de terre finit par entamer l’indifférence du peintre » explique-t-il. « Isoler la pomme de terre [symbole du monde ouvrier et paysan] du reste du monde, c’est la rendre absurde, ignoble dans sa forme, indifférente, cosmique ou générique, finalement menaçante ». La peinture est politique, le peintre, lui, poète : « Est-on paysagiste ainsi, les pieds dans l’herbe, à tenter d’inscrire du temps, à enregistrer des filaments de lumière sur de grandes feuilles blanches, à ne rien laisser perdre de ce qui est vu. Appartient-on alors à la modernité ? Ne devient-on pas ruminant ? ». Cueco met en scène la vie, dans ce qu’elle a de plus violent, de plus libidineux, de plus ingrat, mais aussi dans ce qu’elle a de plus doux et de toujours radical. Le dessin comme la couleur, tantôt joyeux, tantôt pervers, finiront toujours par nous troubler.

 

Réservation obligatoire

Lien de réservation

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DOLE
Du 19 mai au 12 septembre 2021
85 rue des Arènes, 39100 Dole


Vous aimerez aussi…

© Tous droits réservés
  • Contemporain
  • Sculpture

Les bouleversantes sculptures de bronze de Marc Petit exposées à l'Abbaye d'Auberive

Abbaye d'Auberive
Jusqu'au 26 septembre 2021

Dix ans après une première rétrospective à l’abbaye, Marc Petit dévoile une nouvelle série de créations, au sein d’une exposition riche de 280 sculptures et près de 150 dessins à l'Abbaye d'Auberive.

©GBERGER-CD54
  • Classique
  • Incontournable

Le château de Lunéville, une splendeur retrouvée

Château de Lunéville
Espace Permanent

Alors que l’on franchit le portail qui sépare le château de la ville, comment ne pas être aussitôt envoûté par les parterres du jardin à la française, ses sculptures et ses jets d’eau, par le parc des Bosquets et ses bassins, sans compter l’architecture luxuriante du XVIIIe siècle ? Non, vous n’êtes pas à Versailles, mais au château de Lunéville.

Exposition oiseau rare musée des confluences
  • En famille
  • Découverte

L'exposition Drôles d’oiseaux ! – De l’hirondelle au kakapo à admirer au Musée des Confluences

Musée des Confluences
Du 19 mai au 2 janvier 2022

L'exposition présente plus de 240 oiseaux provenant des quatre coins du monde : on découvre des espèces insoupçonnées comme le colibri porte-épée ou le kakapo, le plus gros perroquet du monde au plumage vert et jaune, originaire de Nouvelle-Zélande. Héritiers directs des dinosaures théropodes, les oiseaux peuplent la Terre depuis 150 millions d'années.

exposition-Afrique en couleurs-Masque guèlèdé, hyène - 20e siècle, Bénin, culture nago-yorouba Bois peint Collection Denise et Michel Meynet photographie Olivier Garcin - musée des Confluences
  • Sculpture

Découvrez l'Afrique en couleurs dans la très belle exposition du musée des Confluences

Musée des Confluences
Du 19 mai au 22 août 2021

Dans cette nouvelle exposition, le Musée des Confluences apporte un nouvel éclairage sur l'emploi de la couleur dans les arts du continent africain et la couleur.


Musée Courbet