* Adieu Monsieur Haffmann : la captation de la pièce aux quatre Molières disponible en ligne

Créée à Avignon, la pièce Adieu Monsieur Haffmann nous transporte dans la France de Vichy, en 1942. Joseph Haffmann, bijoutier juif, demande à son employé Pierre Vigneau de le cacher. Ce dernier accepte, mais à une condition: « Isabelle et moi voulons à tout prix avoir un enfant. Après plusieurs tentatives infructueuses, nous avons fait des examens… je suis stérile. Monsieur Haffmann, j’aimerais que vous ayez des rapports sexuels avec ma femme le temps qu’elle tombe enceinte… ».

Un huis clos psychologique bientôt mis en scène sur le grand écran dans une réalisation de Fred Cavallier dont le tournage vient de s'achever. A découvrir dans cette captation du Théâtre du Châtelet.

A revoir ici jusqu'au 30 mai 2021

Avec

Texte et mise en scène : Jean-Philippe Daguerre
Décor : Caroline Mexme
Musique / assistanat à la mise en scène : Hervé Haine
Lumières : Aurélien Amsellem
Costumes : Virginie H
Collaboration artistique : Laurence Pollet-Villard

Quatre Molières en 2018 :

Meilleur spectacle du Théâtre Privé
Meilleur comédien dans un second rôle : Franck Desmedt
Révélation féminine : Julie Cavanna
Meilleur auteur francophone vivant : Jean-Philippe Daguerre

Jean-Philippe Daguerre - auteur et metteur en scène:

« Je ne sais pas vraiment d’où m’est venu l’idée de cette pièce : sans doute de mes premiers souvenirs d’enfance avec Bon Papa Alban qui me promenait pendant des heures dans le cimetière de Montauban. On s’arrêtait devant chaque tombe, il me racontait la vie des morts… et j’adorais ça. Sans doute de ce « voyage scolaire » à Auschwitz qui m’a éloigné de l’enfance tout en me rapprochant de l’horreur dont sont capables les Hommes. Sans doute de tous ces amis touchés par la stérilité et qui cherchent par tous les moyens à avoir un bébé. »

« On ne respire pas au Théâtre comme dans la vie, on ne parle et on ne bouge pas au Théâtre comme dans la vie. Je pense en effet, que le Théâtre a pour devoir de proposer un langage de jeu extra-ordinaire, que ce soit au niveau de l’engagement physique et émotionnel ou de la valeur du son, des silences et du rythme. [...] Par ailleurs, je me retrouve tout à fait dans ce gentil reproche adressé par Anouilh à Jean-Louis Barrault qui jouait dans une de ses pièces : “Ce n’est pas vous mais le public qui doit pleurer”. Donc pas de complaisance émotionnelle et narcissique, pas de quatrième mur, pas de gestes qui ne servent à rien, pas d’onomatopées gratuites qui précèdent ou concluent les répliques. J’ai voulu une parole forte et vive qui circule à travers des comédiens puissants et généreux qui transpirent le plaisir de transmettre cette histoire jusqu’au fond de la salle. Même principe pour les costumes et la scénographie que j’ai imaginé sobres et efficaces. Je n’aime pas les décors et costumes trop illustratifs qui étouffent les comédiens. Je n’ai voulu que des éléments essentiels sur scène permettant aux spectateurs d’imaginer en deux temps trois mouvements qui sont les personnages et où ils se trouvent : une table, trois chaises et la radio dans la cuisine ; le bureau, deux chaises, un lit simple et le tableau de La Femme assise dans la cave. Avec un fauteuil de cinéma on est au Cinéma, avec une plaque de bois on est dans une salle de claquettes. L’élégante sobriété du décor et des costumes impliquant évidemment une création lumière et sonore très fine. »


Vous aimerez aussi…

Anny Duperey dans Colombe de Jean Anouilh Telmondis
  • À la maison
  • Théâtre

* Le théâtre à la maison : Colombe de Jean Anouilh avec le duo Giraudeau / Duperey

Madame Alexandra, comédienne aussi détestable que talentueuse et dépourvue de toute fibre maternelle fait face au retour de son fils Julien qui, appelé au service militaire, confie son épouse Colombe à son acariâtre belle-mère.

Hippolyte et Aricie Opéra Comique
  • À la maison
  • Opéra / Ballet

* L'opéra à la maison : Hippolyte et Aricie de Rameau à l'Opéra Comique

Alors que court la rumeur de la mort de Thésée, Phèdre, son épouse, avoue son amour pour Hippolyte, le fils de Thésée. Pourtant, Hippolyte aime passionnément Aricie. La révélation des amours incestueuses de Phèdre et le retour de Thésée auront-ils raison de l'amour des deux amants ?

comédie française
  • Théâtre
  • À la maison

* La Comédie française lance une nouvelle émission en direct !

A l'heure où les livres sont "non essentiels" et les théâtres ferment, la Comédie française hisse les voiles vers le tout numérique. Du lundi au samedi, la Comédie d'automne présente en direct les diverses actualités, conseille sur les lectures de confinement et fait découvrir des créations scéniques en exclusivité.

Alexey Markov (Scarpia) et Angel Blue (Tosca). Jean-Louis Fernandez
  • À la maison
  • Opéra / Ballet

 * L'opéra à la maison : La Tosca de Puccini, une captation du Festival d’Aix-en-Provence

Rome, juin 1800. Alors que la République romaine a été instaurée par les troupes françaises de Napoléon deux ans plus tôt, le roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles et son épouse, Maria Caroline, tentent de reprendre la ville avec l'aide des Anglais tandis que le machiavélique baron Scarpia traque les résistants.