Bientôt la fin du grand écran ?

  • Salle de cinéma

 

1

Mauvaise nouvelle pour les salles de cinéma américaines : les studios Warner Bros Pictures ont annoncé jeudi 3 décembre la sortie simultanée de leurs films prévus pour 2021 en salle et sur leur plateforme de streaming, HBO Max, le jour de leur lancement aux Etats-Unis. Le studio justifie cette décision en invoquant un « modèle hybride » qui serait une « réponse stratégique à l’impact de la pandémie en cours, en particulier aux Etats-Unis », avant un prétendu retour au schéma classique de sorties uniquement en salles en 2022. Avec les vagues de reconfinement qui surgissent dans le pays, seulement 40% de salles américaines accueillent du public aujourd'hui. Ann Sarnoff PDG de WarnerMedia Studios & Networks Group prédit à ce titre que « la plupart des cinémas fonctionneront probablement en capacité réduite tout au long de 2021 ». Ce sont pourtant sur les grosses productions et sur les titres très attendus de l'année prochaines (dont le quatrième volet de Matrix de Lana Wachowski et Godzilla vs Kong, d’Adam Wingard) sur lesquels comptent les salles de cinéma pour relancer leur économie. HBO Max annonce leur disponibilité pendant un mois à compter de leur sortie en salle, avant de quitter la plateforme pour n'être disponible qu'en salle jusqu'à la fin de leur promotion. Cependant, ce nouveau mode de fonctionnement risquerait fort de se généraliser si les restrictions concernant les salles de spectacles et de cinéma venaient à se prolonger, assurant les bénéfices des productions au détriment de notre cher grand écran. Mulan, la dernière grosse production des studios DisneyPixar, ne sortira d'ailleurs jamais en salle mais a été directement mis en ligne sur sa plateforme Disney Plus.

Depuis le début de la crise sanitaire, les cinémas du monde entier sont mis à mal et désespèrent de jour en jour en suivant les annonces des studios hollywoodiens qui reportent sans cesse leurs sorties. Tandis que Disney, Warner Bros, Universal, Sony, Paramount ou Metro-Goldwyn-Mayer retiennent leurs blockbusters pour assurer la rentabilité de ces productions dans lesquelles ils ont investi des millions de dollars, seule la sortie de ce genre de films, qui sont ceux qui attirent le public en masse, permettrait de relancer cette économie. Alors que Warner Bros et Legendary Pictures ont annoncé que Dune de Denis Villeneuve ne sortira pas le 18 décembre mais le 1er octobre 2021, Mourir peut attendre, le 25e opus des James Bond, qui devait sortir le 25 novembre 2020, a également été reporté au 2 avril 2021.

Ces événements relancent la polémique streaming vs. cinéma alors que Steven Spielberg prophétisait déjà en 2013 l'implosion d'un modèle désemparé face à attractivité des plateformes de streaming dont Netflix n'est aujourd'hui, qu'un nom parmi d'autres. Celles-ci, il faut le dire, ont bouleversé la donne en révolutionnant la manière de regarder, si ce n'est consommer, un film. Le mastodonte Netflix regroupe un parc de près de 200 millions d'abonnés à travers le monde, nombre qui s'est nettement accru pendant les vagues successives de confinement et de reconfinement. Sans diaboliser ces plateformes, qui proposent aussi une très belle sélection d’œuvres parfois difficilement accessibles (dont l'ajout récent de certains chefs-d’œuvre de la Nouvelle Vague et autres documentaires percutants), la cohabitation demeure et restera, il semble, difficile pour le 7e art traditionnel et ses salles obscures. Des questions qui promettent de planer sur la scène artistique encore de longs mois, puisque le streaming a remis en cause de nombreux aspects de la production cinématographique en plus de son mode de diffusion : on se souvient de la polémique autour du film d'Alfonso Cuaron, Roma. « Nous vivons des temps incertains, avec des restrictions sociales. Beaucoup de gens se tournent vers le divertissement pour se relaxer, nouer des liens, trouver du confort ou être stimulés », écrit Reed Hastings, cofondateur et directeur de Netflix, à ses actionnaires. « Nous avons connu un croissance hors-normes lors de ces deux premiers trimestres (26 millions d’abonnés contre 12 millions l’an dernier sur la même période de 6 mois). Par conséquent, nous nous attendons à ce que la croissance soit bien moins importante au cours de la deuxième moitié de 2020, par rapport à 2019. ».


Vous aimerez aussi…

Île Ô Berges du Rhône
  • Actu
  • Contemporain

Bientôt un théâtre flottant à Lyon !

La ville de Lyon accueillera début 2022 un théâtre sur l'eau à destination des enfants. L'espace de 1200 m2 comprendra un théâtre, des espaces de restauration et une terrasse panoramique.

Salvator Mundi
  • Actu
  • Découverte

Un Salvator Mundi de l’Ecole de de Vinci récupéré chez un particulier

Volé dans la basilique de San Domenico Maggiore de Naples, la réplique d'un Salvator Mundi réalisé par un élève de l'Ecole de Léonard de Vinci a été retrouvée chez un particulier.

rijks
  • À la maison
  • Gratuit

Le Rijksmuseum met à disposition plus de 700 000 œuvres sur le web

Le célèbre musée d’Amsterdam a annoncé avoir numérisé 709 000 œuvres en haute résolution, dont celles des plus grands maîtres hollandais, gratuitement et intégralement accessible depuis le site officiel du musée.  

Moi Mikko et Annikki
  • Actu
  • Littéraire

L’illustratrice de BD Tiitu Takalo auréolée du prix Artémisia

La finlandaise Tiitu Takalo a reçu, le 9 janvier dernier, le prix féministe Artémisia pour sa bande-dessinée « Moi, Mikko et Annikki ». Ce prix récompense chaque année des autrices et dessinatrices de bande-dessinée pour en améliorer la visibilité.