United States of Abstraction : les artistes américains expatriés exposés au Musée d'arts de Nantes

Musée d'arts de Nantes
Du 12 février au 24 mai 2021

  • Georges Mathieu, Hommage à Louis XI, 1950
  • Alexander Calder, Mobile, 1949
  • Ellsworth Kelly, Window, Museum of Modern Art, Paris, 1949
  • François Morellet, Hexagones à côtés bleus et verts, 1953
  • Jack Youngerman, Tiger, 1961
  • Jean-Paul Riopelle, Sans titre, 1953
  • Ralph Coburn, Orange and White Abstracon, 1950
  •  Robert Breer, Sans titre, 1954
  • Sam Francis, Blue Balls, vers 1961-1962
  •  Shirley Jaffe, The Red Diamond, 1964
  •  Joan Mitchell, Composition, 1962

 

11

Paris / New-York. A la ville Lumière qui fut la capitale mondiale de l’émulation culturelle où naquit l’impressionnisme et les avant-gardes, succéda la mégalopole américaine qui vit émerger l’abstraction dans les années 1940. Paris haletait face aux stigmates de la guerre. Il fallait, pour créer, une ville qui ne dort jamais. Si Paris perdit son monopole, elle n’expirait pas pour autant. Artistes, musiciens et écrivains américains, dont Jackson Pollock, Willem De Kooning et Mark Tobey, vinrent nombreux s’émanciper de la côte ouest en traversant l’Atlantique. Plus de quatre cents artistes utilisèrent la bourse du G.I. Bill au tournant des années 1940-1950 pour venir étudier ce que le Vieux Continent avait encore à leur apprendre, s’inscrivant en foules dans les écoles d’art et les académies parisiennes. L’exposition relit cette présence intense et cette influence réciproque dans ce qu’elle légua à l’abstraction française.

Le saviez-vous ?

Le G.I. Bill est une loi adoptée en juin 1944 par le Congrès américain, dans le prolongement du New Deal du président Roosevelt, pour fournir à l’origine aux vétérans de la Seconde Guerre mondiale le financement de leurs études universitaires ou de leur formation professionnelle.

 

MUSÉE D’ARTS DE NANTES
Du 12 février au 24 mai 2021
10 rue Georges-Clemenceau, 44000 Nantes