Musée Courbet
Musée Courbet

David Nash, l’art et ses racines à la Galerie Lelong

Galerie Lelong & Co
Du 11 mars au 30 avril 2021

  • David Nash, Squawk Column, 2020
  • David Nash, Cube Mass, 2010-2020
  • David Nash, Maple Early Spring, 2020
  • NASH.bluestack2
  • David Nash, Cherry, 2020
  • David Nash, Golden Bough, 2014-2018

 

6

L’artiste anglais David Nash, connu pour ses « travaux vivants » tels que le Ash Dome (coupole végétale de 22 frênes conçue au cours des années 1970), travaille au plus proche de la matière, qui devient alors le moteur de ses créations : son œuvre symbiotique, souvent apparentée au land art, est essentiellement centrée sur le bois. Elle prend ainsi forme au gré de la nature et de ses développements. Plus qu’un simple artiste, David Nash est un véritable jardinier. Le bois est plus qu’un simple élément : depuis son atelier du nord du Pays de Galles, l’artiste entre en « relation » avec des arbres – morts ou vifs – du Japon, du Portugal, de Californie et d’ailleurs, adaptant ses techniques aux spécificités de chaque espèce et se laissant guider par ses racines, ses branches, son tronc, sa texture. En retrait, l’artiste accompagne sa croissance, lui donne forme grâce à de nombreux outils (hache, tronçonneuse, craie, mais aussi le feu et l’eau), lui indique un chemin, mais ne s’interpose jamais dans son cycle. Ses sculptures peuvent ainsi reposer des années dans l’inachèvement, balayées par le rythme des saisons et façonnées par leur environnement, avant de passer éventuellement dans du bronze ou de l’aluminium pour atteindre des couleurs plus vives. Il en résulte des œuvres confondantes où le geste humain, comme absorbé par la souche de l’arbre, se laisse à peine percevoir et se dévoile finalement comme une espèce d’excroissance naturelle. Inspiré notamment par la pensée bouddhiste, David Nash ne force jamais la nature à prendre un chemin différent, son but n’est pas de la dominer mais de lui fournir assez d’indications pour accoucher, dans la durée, de ce qui deviendra une création hybride et collaborative où la main de l’homme sommeille patiemment au seuil du visible.



Musée Courbet