Un Fragonard oublié depuis 200 ans s'arrache à plus de 7 millions d'euros

  • Fragonard, Le philosphe lisant, 1768-1770

 

1

Tombée dans l'oubli pendant près de 200 ans, une toile du maître français s'est arrachée à plus de six fois son estimation de départ.

Exhumé presque par hasard par le commissaire-priseur Antoine Petit lors d'un inventaire de succession dans la Marne, cet authentique Fragonard dormait là depuis plus d'un siècle et ce, dans le plus strict anonymat. Les propriétaires ignoraient alors tout de sa valeur, la toile en parfait état et dans son cadre d'origine, ornait discrètement un des murs du salon depuis plusieurs générations.  Et pourtant, l’œil aguerri d'Antoine Petit identifie très vite le chef-d’œuvre, troublé par la touche rapide et franche du peintre, la précision des coups de pinceaux mais surtout, une inscription ancienne au revers du cadre en bois doré: la signature de Fragonard. Inspiré par la peinture hollandaise de Rembrandt, affranchi de la tutelle de son maître François Boucher et du style rococo, l'artiste libère ici toute sa fougue à travers une série de peintures baptisée « Figure de fantaisie ». Ces dernières incarnent un véritable moment de rupture avec les habituels sujets féminins et libertins qui firent sa sulfureuse renommée.

A peine redécouvert, le célèbre cabinet d'expertise Eric Turquin authentifie le tondo, ce tableau ovale représentant un vieil homme penché sur un livre : il s'agit du "Philosophe lisant", réalisé à l'apogée de la carrière du peintre à la fin des années 1760. Le mystère persiste néanmoins sur l'itinéraire exact du tableau. Si l'œuvre a un temps appartenu au miniaturiste Pierre Adolphe Hall, ami de Fragonard, c'est en 1779, lors d'une vente aux enchères, qu'il est fait mention pour la dernière fois du « philosophe en buste chauve, la barbe blanche, fixé sur un livre ouvert ». Point culminant de la vente aux enchères d’Épernay du 26 juin dernier, "Le philosophe", disputé par pas moins de 7 redoutables enchérisseurs, s'est finalement arraché à 7,68 millions d'euros, multipliant ainsi par 6 son estimation de base. Le tableau oublié se hisse désormais à la troisième plus haute adjudication mondiale pour une œuvre de Fragonard. Un record !