BOZAR - Palais des Beaux-Arts
BOZAR - Palais des Beaux-Arts

Botticelli, Artiste et designer, exposé au musée Jacquemart-André

Musée Jacquemart-André
Jusqu'au 24 janvier 2022

Cela faisait 18 ans que Sandro Botticelli, virtuose de la Renaissance italienne, n’avait pas été exposé en France… Entrez dans l’univers de cet artiste florentin étonnamment moderne en vous confrontant à ses œuvres de plus de 500 ans… Le musée Jacquemart-André nous propose ici une quarantaine de chefs-d’œuvre de Botticelli, star des cimaises en son temps, convoqué par le Vatican pour la Chapelle Sixtine ou par la famille des Médicis pour réaliser leurs portraits officiels. Même si l’iconique Naissance de Vénus ou le spectaculaire Printemps n’ont pas pu faire le déplacement depuis Florence, nous sommes conquis par cette salle feutrée qui nous donne l’impression que notre vision se double face à ces deux Venus pudica, éloges sublimes de la féminité... Mais qui savait qu’il existait plusieurs versions de ces icônes ? C’est tout le sujet de l’exposition qui revient sur le sujet sensible de la paternité des œuvres. Tout n’est pas intégralement réalisé de la main de l’artiste, qui briefait et encadrait à la manière d’un patron ou d’un Jeff Koons moderne, les peintres de son atelier. Un véritable "laboratoire d'idées" dans lequel se pressent les plus grands artistes ou de jeunes talents en formation. On oublie donc le mythe du peintre solitaire, du génie incompris. Ici il fallait non seulement comprendre le maître mais exécuter ses idées pour faire rayonner ses peintures à travers tout le pays. Il y avait là une vraie notion d’entreprise. Avis aux détracteurs qui verraient ici une production en série, chartée, presque mécanisée avant l’heure. Il n’en est rien. Toutes les peintures qui sortaient de l’atelier étaient évidemment supervisées de très près par Botticelli, et ce qui nous frappe ici c’est justement cette signature incomparable, cette touche vivace, ces peintures ornées d’or et de lapis lazuli, ces regards profonds… une âme unique insufflée à ses œuvres par peintre de la grâce éternelle.

  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André
  • Vue de l'exposition Botticelli au Musee Jacquemart-André

 

17

Le temps d’une fabuleuse exposition, le musée Jacquemart-André vous propose un somptueux voyage dans le temps. Laissez Paris et ses boulevards animés derrière vous, vous voilà propulsés dans la Florence du XVe siècle aux premières loges de la Renaissance italienne sous le règne des Médicis, dans l’atelier d’un maître florentin protégé de l’illustre famille : Sandro Botticelli. Première exposition française consacrée à ce contemporain de Léonard de Vinci depuis près de 20 ans, cette rétrospective célèbre ainsi son génie en réunissant une quarantaine d’œuvres signées de la main de l’artiste. Judith quittant la tente d’Holopherne, la Madone Campana, sans oublier la divine Vénus, éloge sublime de la féminité, se dévoilent désormais dans cet écrin parisien à l’atmosphère feutrée. Des prestigieuses commandes du clan Vespucci au Vatican qui le convoqua pour orner les murs de la Chapelle Sixtine, le peintre signa les plus grands chefs-d’œuvre du Quattrocento. Mais cet artiste majeur de la Renaissance ne travaillait pas seul. Peintre de la grâce, Botticelli – qui était également professeur – forma toute une génération d’artistes, exerçant une influence latente sur l’ensemble de ses contemporains. Selon un ordre chronologique et thématique, l’exposition éclaire ainsi sur la polyvalence de son atelier et de ses productions méconnues tout en soulignant ce fabuleux destin, témoin et principal acteur d’une cité en pleine ébullition artistique.

Focus sur …
La Vénus de Botticelli

  • Sandro Botticelli, Vénus, vers 1490

 

1

Vénus est la figure la plus emblématique des tableaux de Botticelli. C’est elle qui apparaît dans La Naissance de Vénus, certainement le nu le plus célèbre de l’Histoire de l’art. Comme on le
voit ici, le fond noir contribue à l’idéalisation du modèle, qu’on attribue généralement à Simonetta Vespucci, qui servira également de modèle pour de nombreuses œuvres de la Renaissance. Réputée pour sa beauté sans pareille, Simonetta, dont on dit qu’elle fut l’amour platonique de Julien de Médicis, mourra tragiquement à l’âge de 23 ans, probablement de la tuberculose. Selon la légende, Botticelli lui-même aurait demandé à être inhumé aux pieds de sa muse éternelle.

Nous avons visité pour vous l'exposition Botticelli Artiste et Designer au Musée Jacquemart-André :

  • Sandro Botticelli, Vénus, vers 1490
  • Fra Fillippo Lippi, Madone à l'enfant, 1460
  • Sandro Botticelli, Portrait de Julien de Médicis, 1478-1480
  • Sandro Botticelli, Madone Campana, 1467-1470
  • Sandro Botticelli, Judith quittant la tente d'Holopherne, 1467-1500
  • Sandro Botticelli, Le retour de Judith en Béthulie, 1469-1470
  • Sandro Botticelli, La bella Simonetta, 1475
  • Atelier de Botticelli, Réplique de la Madone du Magnificat des Offices
  • Atelier de Botticelli, Nativité devant une ville maritime, après 1490
  • Sandro Botticelli, La Fuite en Egypte, 1510

 

10

Le saviez-vous ?
Botticelli doit vraisemblablement la finesse de ses traits à sa formation initiale peu connue du grand public : l’orfèvrerie. Son apprentissage dans ce domaine couplé aux techniques de la gravure et de la ciselure, influencèrent la ligne de son dessin et l’attention qu’il porta aux détails. Il est très probable que le jeune Sandro ait reçu une éducation précoce dans l’atelier de son frère Antonio, orfèvre de profession.

 

 



BOZAR - Palais des Beaux-Arts