Musée des Impressionnismes Giverny
Musée des Impressionnismes Giverny

Le Salon Macparis et ses nouveaux talents exposés au Bastille Design Center

Bastille Design Center
Du 2 au 7 novembre 2021

MacParis revient cet automne pour le plus grand plaisir de tous les amateurs d’art en investissant les trois niveaux du Bastille Design Center. Un rendez-vous placé sous le prisme de la vie d’après, mettant en lumière de la plus belle des manières 22 artistes sélectionnés parmi des milliers de candidatures. Et pour cette nouvelle édition, ces étoiles montantes de la scène artistique nous livrent leur vision d’un monde à rebours, sortant enfin de leurs ateliers au silence pesant pour retrouver un public qui leur a tant manqué. Anne Da Silva nous plonge ici dans une forêt de sculptures peu ordinaire, troquant le marbre classique pour des peaux de poissons, dans une démarche presque haute-couture, enveloppé par ces silhouettes mouvantes, guidées par d’imperceptibles chants de sirènes. Le ton est donné, les artistes vont ici métamorphoser notre monde, jusqu’à perturber nos repères en bousculant les codes de l’art. Comme ici avec les peintures déstabilisantes de Camille d’Alençon, ces natures mi-mortes mi-vivantes, frôlant le trivial, l’instant volé démystifié sur de grands formats qui ne laissent plus nos regards se dérober. Les sculptures en sucre massé d’Hugo Bel, dénuées d’artifices, mises à nues, décharnées et mutiques, réalisées par l’artiste sur place, tant les réalisations sont fragiles. Des silhouettes silencieuses, troublantes, prêtes à vaciller ou à fondre… Instabilité d’un monde soulignée par Marion Bénard qui nous invite à emprunter ce chemin aux jolis motifs liberty comme un fil d’équilibriste prêt à rompre au premier pas. Christophe Bruchansky troque ce fil pour un câble électrique, nous livrant la vision d’un monde hyper médiatisé, dont la cadence serait rythmée par une respiration en pixels. Alain Rivière-Lecoeur mêle sculpture et photographie dans des images bibliques rejouées par des personnages semblant sortir de terre, réveillés d’une cité engloutie. Un nouveau monde où les constructions seraient bien inutiles, des briques sans maison, des drapeaux sans identité pour Martin Monchicourt … Un monde qui vole en éclat et dont ne restent que des ruines poétiques sous le geste d’Anne Juliette Deschamps, des personnages perdus et attachants dans les gravures d’Anaïs Charras, un monde métallique et froid réenchanté par Juliette Frescaline qui habille ses sculptures d’écailles endormies, comme si nous sortions enfin d’un trop long sommeil. Un monde à la renverse, nous laissant, nous, spectateur, tenter de redonner un sens à un art ébranlé.

  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis
  • Vue du Salon MacParis

 

35

Après son habituelle édition printanière, MacParis revient cet automne pour le plus grand plaisir de tous les amateurs d’art. Une semaine sous le prisme de la « vie d’après », durant laquelle les plus éminents galeristes, collectionneurs et commissaires d’expositions partent à la rencontre des créateurs de demain. En tout, ce sont 22 plasticiens sélectionnés avec la plus grande attention parmi plus de 2000 candidatures, choisis tant pour la qualité de leurs travaux que pour l’originalité de leur démarche artistique, qui investissent les trois niveaux du Bastille Design Center.

  • Marion Bénard
  • Nicola Bonessa
  • Christophe Bruchansky
  • Anaïs Charras
  • Alain Rivière-Lecoeur
  • Camille Rosa
  • Camille d'Alençon
  • Hugo Bel
  • Anne de Sivva
  • Juliette Frescaline
  • Guillaume Guintrand
  • Sarah Kespin
  • Julien Malardenti
  • Josselin Métivier
  • Martin Monchicourt
  • N'BO
  • Laurence Papouin
  • Thoma Ryse
  • Elisabeth Wadecki
  • Laurent Mazuy
  • Brigitte Roffidal

 

21

Un rendez-vous incontournable et totalement gratuit, mettant en lumière de la plus belle des manières ces 22 artistes situés à l’écart des sentiers battus, et dont le travail ne relève à aucun moment du déjà-vu ou de l’éternelle redite de la création du XXIe siècle. Rappelons-le, ici pas de galeries. Les artistes présentent eux-mêmes leurs travaux, défendent leurs univers et échangent directement avec le public.

Focus sur ...

  • Alain Rivière-Lecoeur

 

1

ALAIN RIVIÈRE-LECŒUR - La Tentation des Corps
Le photographe franco-américain signe ici une de ses séries les plus troublantes, la réinterprétation d’un épisode biblique du point de vue féminin. Lointain héritier du grand maître baroque Rubens, Alain Rivière-Lecœur saisit des modèles nus enduits d’argile, immortalisant leurs mouvements dans une grande chorégraphie.

Focus sur ...

  • Hugo Bel

 

1

HUGO BEL - Colosses aux pieds d’argile
Qui sont ces étranges personnages immobiles, fixant l’horizon ? Tandis que leurs membranes faites d’argile gisent encore sur le sol, ces sculptures en sucre
massé, copies légèrement altérées de la réalité, semblent avoir à peine éclos. D’une grande fragilité, ces corps irréguliers nous renvoient avant tout à l’impermanence de toute chose…

Focus sur ...

  • Juliette Frescaline

 

1

JULIETTE FRESCALINE - L’amour enlacé
Cette œuvre souple et rigide à la fois dont l’étrange carapace faite d’écailles en métal nous évoque curieusement celle du pangolin, porte un nom plein de promesses, celui de « L’amour heureux ». Une pièce unique tout en rondeur et en mouvement dont la structure en acier semble paradoxalement légère.

BASTILLE DESIGN CENTER
Du 2 au 7 novembre 2021
74 boulevard Richard-Lenoir, 75011 - M° Richard-Lenoir (5) -
Mar. 14h-22h, du mer. au sam. 11h-20h, dim. 11h-19h
Entrée libre

Site officiel


Musée des Impressionnismes Giverny