Un splendide graff recouvre entièrement un château dans le Loiret

  • ©labelvalettefestival © photo fabe_co
  • ©labelvalettefestival © photo fabe_co
  • ©labelvalettefestival © photo fabe_co
  • ©labelvalettefestival © photo fabe_co

 

4

Les graffeurs Lek et Sowat ont entièrement repeint le château de la Valette, dans le Loiret, pendant une résidence de deux semaines. Cadre du LaBel Valette Festival, ils sont les cinquièmes à s’être appropriés les murs de la vielle bâtisse avec leurs bombes de couleurs, pour un rendu exceptionnel.

C’est un duo mythique du street-art qui est à l’origine de cette prodigieuse réalisation. Les deux artistes se rencontrent grâce à leur passion commune pour l’Urbex, une pratique consistant à visiter des ruines et autres lieux abandonnés. Ce fut donc une opportunité euphorisante pour eux de travailler sur cet endroit empli d’histoire : construit au XIXe siècle, le domaine du vicomte et de la vicomtesse Albert Isle de Beauchaine devint la propriété de Franco, puis fut transformé en collège. Tombé à l’abandon, il connaît aujourd'hui une nouvelle jeunesse, investi chaque année par de nouveaux créateurs, en faisant une place-forte de l’art urbain en France.

Lek et Sowat se situent au point de rencontre entre le graff et l’art contemporain plus institutionnel : pionniers du street-art, ils font désormais partie des fonds permanents du centre Pompidou avec leur œuvre Tracés Directs, palissade de 280 mètres de long. Suite à l’occupation de friches urbaines lors du projet Mausolée en 2012, ils entrent au Palais de Tokyo. Ils sont les premiers artistes issus de l’art urbain à intégrer la Villa Médicis. Le monde de la mode leur fait aussi de l’œil : ils ont eu l’occasion de travailler avec les stylistes Agnès B et Jean-Charles de Castelbajac. Si vous voulez admirer leurs créations, ils sont exposés à L’Atelier Grognard de Rueil-Malmaison jusqu’au 3 juillet.

Pour découvrir la réalisation monumentale recouvrant entièrement le château, vous pouvez actuellement participer à des visites guidées par l’association Urban Art Paris. Mais l’œuvre prendra tout son sens lors du Festival LaBel Valette, qui aura lieu les 26 et 27 août 2022 à Pressigny-les-Pins. Cet événement souffle cette année sa 5e bougie, et attend plus de 8 000 personnes. Entre concerts de rap, de reggae et d’électro et activités autour du graffiti, c’est le rendez-vous de l’été de l’art urbain en France. Plus de 10 000 m2 seront disponibles aux graffeurs amateurs et professionnels, sous la lumière bleue des murs colorés de la demeure. Le tandem explore la symbolique du château de sable, mots inscrits en anglais sur la façade avant, renvoyant à la dimension éphémère de leur art et à l’histoire du lieu. Une vraie réussite esthétique alliant l’architecture classique aux motifs des années 80.


Vous aimerez aussi…

araignée-louise-bourgeois-encheres
  • Actu
  • Salon

Une araignée de Louise Bourgeois vendue pour 40 millions de dollars, un record !

Lors du célèbre Salon Art Basel, une sculpture de Louise Bourgeois créée en 1966 a été vendue pour 40 millions de dollars, le prix le plus élevé jamais déboursé pour une œuvre de la plasticienne.

lili-grenier-enchères-photo
  • Actu
  • Classique

Vente aux enchères des photos personnelles de Lili Grenier, modèle iconique de la fin du XIXe siècle !

La maison Millon a consacré lundi 13 juin 2022 une vente à la collection de Lili Grenier, l’un des modèles féminins les plus appréciés du Paris de la fin du XIXe siècle.

saint-jerome-leonardo-de-vinci
  • Actu
  • Classique

Saint Jérôme de Léonard de Vinci exceptionnellement prêté par le Vatican au château du Clos-Lucé

La toile inachevée Saint Jérôme, de Léonard de Vinci, est exceptionnellement visible au château du Clos-Lucé d’Amboise, en Indre-et-Loire, grâce à un prêt gracieux du Vatican.

Maurizio-Cattelan-procès-pape
  • Actu
  • Contemporain

Un procès entre l'artiste conceptuel Maurizio Cattelan et le sculpteur de ses œuvres : qui est le créateur ?

Mi-mai s’est tenue l’audience opposant Maurizio Cattelan et le sculpteur de cire Daniel Druet, qui revendique la paternité de 9 œuvres de l'artiste réalisées sous sa commande entre 1999 et 2006. Ce procès fait grand bruit dans le monde de l’art, posant la question de l’auteur d’une œuvre conceptuelle : concepteur intellectuel ou réalisateur technique ?