Exposition Rosa Bonheur au musée d'Orsay en vidéo : l'artiste sacrée reine de la peinture animalière

Musée d'Orsay
Jusqu'au 15 janvier 2023

Comment une artiste aussi adulée de son vivant a-t-elle pu tomber dans l’oubli si peu de temps après sa mort... avant de renaître de ses cendres à l’aube du second millénaire ? Si Rosa Bonheur fut saluée au cours de sa brillante carrière pour son immense talent, comptant alors parmi ses admirateurs des figures aussi variées que la reine Victoria, le poète Victor Hugo ou le chasseur de bisons Buffalo Bill, force est de constater que l’artiste s’est davantage aujourd’hui fait un nom dans la culture queer et féministe, passant dans l’inconscient collectif de peintre animalière à ambassadrice involontaire de la communauté gay. Un destin hors du commun qui méritait bien qu’on s’y attarde plus sérieusement.

 

23

À l’occasion du bicentenaire de sa naissance, le musée d’Orsay orchestre une rétrospective événement, croisant l’évolution de sa peinture avec le contexte historique et les problématiques spécifiques liées à chaque période de sa vie. Il faut dire que l’héritage culturel et artistique de Rosa Bonheur est une énigme à lui tout seul. Située à contre-courant de ses contemporains, cette lectrice de Walter Scott déjoua tout au long de sa vie les stéréotypes féminins auxquels elle était confrontée, transgressant les règles à une époque pourtant très soucieuse des conventions. Sans que son nom soit associé au scandale, l’artiste est parvenue à renverser les codes liés aux traditions dans l’Histoire de l’art en plaçant le monde animal au cœur de son art.

En présentant ses plus grands travaux, mais aussi des œuvres méconnues à l’image de ses peintures sur galets ou ses sculptures de marrons, le musée brosse le portrait d’une âme militante, acclamée pour son travail au point d’en faire la première femme à avoir obtenu le rang d’Officier de la Légion d’Honneur des mains de l’impératrice Eugénie, et qui prouva surtout au monde entier que « le génie n’a pas de sexe ».

 

8

Le saviez-vous ?
Adolescente, Rosa Bonheur se fait la promesse de ne jamais se marier afin de rester coûte que coûte indépendante. Émancipée, l’artiste peintre cultive dès lors une certaine image, osant couper ses cheveux courts, fumer en privé cigarettes et havanes, et porter le pantalon pour courir les abattoirs. Une violation des bonnes mœurs pour laquelle Rosa devra, toute sa vie durant, demander un « permis de travestissement », renouvelable tous les six mois auprès de la préfecture de Paris.

Retour en images l'exposition Rosa Bonheur du musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

 


Vous aimerez aussi…

Expositions Parisiennes Citoyennes, Musée Carnavalet, Jean Béraud, Le Chalet du Cycle au bois de Boulogne, 1900
  • Incontournable
  • Classique

Exposition Parisiennes Citoyennes au musée Carnavalet : les femmes au pouvoir !

Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Jusqu'au 29 janvier 2023

Avec l'exposition Parisiennes Citoyennes, le musée Carnavalet célèbre la traversée historique des féminismes parisiens. Entre peintures, photographies, sculptures, journaux, archives militantes et policières.

Vue de l'exposition Füssli au Musée Jacquemart-André (21)
  • Vidéo
  • Incontournable

 Exposition Füssli en vidéo au musée Jacquemart-André, le maître du sublime dans une somptueuse rétrospective

Musée Jacquemart-André
Jusqu'au 23 janvier 2023

Le musée Jacquemart-André vous invite dans l'univers de Johann Heinrich Füssli lors d'une exposition mémorable entre poésie et cauchemar.

Exposition de la dation de Maya Ruis Picasso au Musée Picasso
  • Incontournable
  • Classique

Exposition Maya Ruiz-Picasso : le père et sa fille investissent le Musée National Picasso Paris

Musée Picasso
Jusqu'au 31 décembre 2022

Le Musée Picasso s'enrichit et expose les chefs-d’œuvre de la collection de Maya Ruiz Picasso. La dation de la fille de l'artiste, forte de 9 œuvres, complètera désormais la collection du Musée, avec une deuxième exposition à l'étage qui, elle, dépeint la relation de l'artiste avec sa fille.

©GBERGER-CD54
  • Classique
  • Incontournable

Le château de Lunéville, une splendeur retrouvée

Château de Lunéville
Espace Permanent

Alors que l’on franchit le portail qui sépare le château de la ville, comment ne pas être aussitôt envoûté par les parterres du jardin à la française, ses sculptures et ses jets d’eau, par le parc des Bosquets et ses bassins, sans compter l’architecture luxuriante du XVIIIe siècle ? Non, vous n’êtes pas à Versailles, mais au château de Lunéville.