Pâques
Pâques

Icône photographique

Irving Penn - 
Black and White Fashion with Handbag (Jean Patchett) (1950) //

Irving Penn, Black and White Fashion wit Handbag (Jean Patchett), New York, 1950 - Exposition Irving Penn au Grand Palais

© The Irving Penn Foundation

Tout en cercles, angles, courbes et lignes abruptes, cette photographie magnifie la robe et le chapeau sculptural que porte le mannequin. Disparus les divans, tonnelles et bouquets qui constituent alors ce qui, pour d’autres photographes, est le décor qui convient à la haute couture. L’artiste américain Irving Penn, maître minimaliste, utilise pour tout accessoire un rideau sobre pour mettre en valeur son modèle et sa tenue. Trouvé dans l’ancien studio d’une école de photographie loué par Condé Nast pour un shooting mode Vogue, Irving Penn le conservera jusqu’à la fin de sa carrière. Cet élément homogène et aérien convient en effet parfaitement à l’intemporalité recherchée pour ses portraits. Même dans ses premiers clichés à New York, avant que le rideau ne l’accompagne, il floute l’arrière-plan avant de retoucher la jointure entre le mur et le plancher pour obtenir un effet similaire.

Le sujet qui domine ce décor neutre pourrait être Lisa Fonssagrives, ancienne danseuse qui deviendra la femme d’Irving Penn. Celle-ci savait en effet dessiner une ligne avec son corps et utiliser la lumière pour le sculpter mieux que quiconque, allant même jusqu’à étudier les tableaux du Louvre pour apprendre les mouvements les plus adaptés à tel ou tel type de robe. Une qualité qui saute aux yeux dans Black and White Fashion with Handbag. C’est pourtant Jean Patchett que le bord de la capeline dissimule, une des mannequins les plus connus de son temps, aux côtés de Dorian Leigh, Suzy Parker et Evelyn Tripp. Une dissimulation qui n’enlève rien à la nature iconique du cliché !

Visible au Grand Palais
Jusqu'au 29 janvier 2018
>> En savoir plus sur l'exposition


Vous aimerez aussi…

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) /Gérard Blot
  • Classique

A la loupe : Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire (1800)

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire (1800) Promenez-vous attentivement au Musée d’Orsay : combien de modèles noirs pouvez-vous dénombrer ? La réponse est assurément « trop peu ».…

Corot, La Femme à la perle

Corot et l'art du portrait

 Corot - La Femme à la perle (1842-1870) // Si Corot dut sa notoriété de son vivant à ses superbes paysages, ce sont bien ses portraits qui attiraient la convoitise de ses pairs. Son œuvre la…

Sheila Hicks, The Embassy of Chromatic Delegates, 2015-2016 - Sydney Biennale

Les œuvres mythiques de Sheila Hicks

S’il est une chose que Sheila Hicks refuse, c’est bien la répétition. Un postulat qui l’amène souvent à détricoter les projets précédents pour en tisser de nouveaux, nous invitant à reconsidérer le…

Auguste Rodin, bacchantes s'enlaçant, musée marmottan monet détail

Les Bacchantes, femmes ou diablesses ?

Auguste Rodin - Bacchantes s'enlaçant, avant 1896 // La magnifique collection de Monet est un paradis de l’art classique. Elle dresse un panorama merveilleux des achats et cadeaux les plus précieux…


Pâques