fbpx
Arts in the City YouTube
Arts in the City YouTube

Caravage à Rome, amis & ennemis

Du 21 septembre 2018 au 29 janvier 2019 -
Musée Jacquemart-André //

  • Caravaggio
  • Carrache Annibale (1560-1609). Orléans, musée des Beaux-Arts. Inv1126.
  • XJL60976 Supper at Emmaus, 1606 (oil on canvas) by Caravaggio, Michelangelo Merisi da (1571-1610); 141x175 cm; Pinacoteca di Brera, Milan, Italy; Italian,  out of copyright
  • Manfredi Bartholomeo (vers 1580-vers 1620). Paris, musée du Louvre. Inv174.
  • XJL60976 Supper at Emmaus, 1606 (oil on canvas) by Caravaggio, Michelangelo Merisi da (1571-1610); 141x175 cm; Pinacoteca di Brera, Milan, Italy; Italian,  out of copyright

 

La vie à Rome n’est pas de tout repos, même pour les grands peintres du XVIIe siècle. Manigances, rebondissements et alliances rythment les journées de ces maîtres, entre deux commandes officielles. C’est en tout cas le propos de l’exposition prometteuse du Musée Jacquemart-André en cette rentrée, dédiée à la carrière romaine du Caravage. Les 10 chefs-d’œuvre réunis à cette occasion nous emmènent ainsi au temps où cette figure emblématique de la peinture européenne tentait de se faire un nom. Des ateliers où il connut son premier apprentissage aux cercles érudits où il entretenait des relations déterminantes pour sa carrière, l’accrochage brosse cette période courte mais intense, de 1592 à 1606. Et les rencontres faites par l’artiste au sein de la capitale des arts ne furent pas toutes placées sous les meilleurs auspices… Si Le Caravage se lie d’amitié avec le marquis Giustiniani ou encore avec le cardinal Francesco Maria del Monte, qui deviendront ses plus grands mécènes, cordialité et solidarité ne sont pas toujours au rendez-vous. Il faut dire que l’artiste au talent incontestable avait aussi son caractère : sa personnalité et son refus catégorique d’être imité ou freiné dans son art, lui causèrent à cette période, nombreux ennemis et rivaux. Une exposition aux dires originaux donc, qui nous projette dans une société pas si éloignée de la nôtre. Elle s’illustre surtout de prêts prestigieux, comme le célèbre Joueur de Luth (1595-1596), conservé au Musée de l’Ermitage et présenté en France pour la première fois.

Le saviez-vous ? Si la carrière romaine du Caravage s’achève en 1606, c’est parce qu’il tua au cours d’un duel, son rival Ranuccio Tomassoni. Condamné à mort, le peintre doit s’exiler de la capitale pour sauver sa peau. Heureusement, il sait s’entourer de mécènes et de protecteurs.

For the first time in France, ten masterpieces present the young Caravage’s career in Rome, through the prism of his professional and personal relationships.  

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Arts in the City YouTube