fbpx
Mémoire de l'oubli
Mémoire de l'oubli

Renoir père et fils, peinture et cinéma

Du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019 -
Musée d'Orsay //

  • ©  Musée  d’Orsay,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrice  Schmidt  ©  ADAGP,  Paris  2017
  • ©  Musée  d’Orsay,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrice  Schmidt
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  de  l'Orangerie)  /  Hervé  Lewandowski
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  de  l'Orangerie)  /  Hervé  Lewandowski

 

À l’instar des arts qui se côtoient et s’inspirent les uns les autres, l’hérédité et les liens du sang peuvent abriter une similitude entre le caractère, l’œil et le talent, de membres d’une même famille. D’un parent à son enfant, ou plus précisément ici, d’un père à son fils. À travers cette belle exposition, le Musée d'Orsay met en lumière l’influence du grand Pierre-Auguste Renoir et de son œuvre sur son fils, le cinéaste Jean Renoir. Réalisateur du XXe siècle, venu au cinéma pour faire de son épouse, Catherine Hessling – dernier modèle du peintre –, une star, il devient une figure de la Nouvelle Vague en faisant jouer Jean Gabin dans La Grande Illusion en 1937, mais surtout avec son film Partie de campagne (1946), adaptation d’une célèbre nouvelle de Maupassant. Et c’est bien dans ce long-métrage que l’affiliation entre père et fils est la plus flagrante : Jean Renoir en fait une véritable œuvre impressionniste. Au fil des plans, ce sont les toiles du peintre que l’on se remémore : La Balançoire (1876), Canotier à Chatou (1879) ou encore Les amoureux (1875). Sa touche reconnaissable imprègne la pellicule, par ce frémissement de la lumière qu’on lui connaît bien, ou les effets d’ombre qui se dessinent à travers les feuillages. Si ces références sont palpables, l’échange entre père et fils, peinture et cinéma va plus loin : le dialogue fait écho au réseau artistique foisonnant du XXe siècle, dans lequel le cinéaste évolue, et à l’influence de la production du XIXe siècle passé sur cette nouvelle génération. Ainsi, par leur relation humaine et esthétique, Renoir père et fils illustrent la transition entre deux époques et deux médiums. Une exposition pluridisciplinaire qui met finalement en exergue, les liens les plus importants et qui priment dans tout processus de création : ceux du cœur.

This lovely exhibition compares the director Jean Renoir with his father, the famous impressionist painter, mixing art and cinema.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Football
  • En famille

Corps & sport

Du 16 octobre 2018 au 5 janvier 2020 - Cité des Sciences et de l'Industrie // Plutôt judo ou piscine ? // Quoi de mieux pour se préparer à l’arrivée des Jeux Olympiques 2024 en France, qu’une…

(c) André Cervera
  • Gratuit
  • Contemporain

André Cervera

Jusqu'au 17 novembre 2018 -  Galerie Frédéric Roulette // Détournements de maîtres // Une impression de déjà-vu s’empare du visiteur face aux toiles qui composent cette exposition foisonnante.…

©Mathieu Pernot
  • Photo

Mathieu Pernot - La Santé

Du 13 octobre 2018 au 6 janvier 2019 - Le Centquatre -Paris // La maison d’arrêt de la Santé est une institution parisienne. Ce bâtiment érigé en 1867, dans le 14ème arrondissement de Paris, avait…

Provient  du  cloître  de  l’abbaye  de  Saint-Denis Calcaire Paris,  musée  de  Cluny  –  musée  national  du  Moyen  Âge
©  Service  presse  RMN-Grand  Palais  (musée  de  Cluny  -  musée  national  du  Moyen-Âge)  /  Michel  Urtado
  • Classique
  • En famille

Naissance de la sculpture gothique. Saint Denis, Paris, Chartres : 1135-1150

Du 10 octobre au 31 décembre 2018 - Musée Cluny // En termes de sculpture, de cathédrale, de chapiteau corinthien et de tout ce qui se rattache au monde obscur de l’art de la pierre et des…


Mémoire de l'oubli