fbpx
La Dame de chez Maxim
La Dame de chez Maxim

Actu - Quand Facebook est poursuivi par l'Origine du Monde

Un réseau pas si social que ça !

Vous pouvez admirer le mythique tableau de Gustave Courbet qui choque et qui dérange.  Tout cela par ce que l’Origine du Monde peint en 1866, représente un sexe féminin nu, vu de face. Apparemment Facebook fut tellement dérangé par ce tableau, pourtant exposé au musée d'Orsay, qu’il supprima le compte d’un père de famille ayant posté ce tableau. En février 2011 tout d’abord, la photo fut censurée sur son compte pour « nudité inacceptable » puis, l'utilisateur fut exclu du réseau social définitivement peu de temps après. Offusqué, l'individu assigne alors le géant américain en justice le 4 octobre 2011 pour atteinte à la liberté d’expression.

Depuis, le réseau social aux 2 milliards d’utilisateurs actifs, a tenté d’échapper à la justice française en mettant en avant l’adresse de son siège social en Californie. Malgré ses efforts acharnés, Facebook sera jugé aujourd’hui en France. L’avocat de l’utilisateur mécontent, Stéphane Cottineau, transmet à l’AFP son désir de transformer, par ce procès, les contrats des sociétés de e-commerce étrangères qui disposent de ce type de clauses, car pour lui, le tableau de Gustave Courbet est : « une œuvre majeure du patrimoine culturel français » et « qu’il s’agit à l’évidence d’une représentation magnifiée, sublimée, par le talent de l’artiste ». Alors ?  Peut-on dire d’une peinture qu’elle atteint à la nudité alors qu’elle n’est que fiction ? L’art a-t-il une limite ? La liberté aussi ?

Le saviez-vous ? L'Origine du monde est un tableau si connu de nos jours que l'on a tendance à oublier qu'avant 1995, seule une poignée d'amateurs avaient pu le voir. Il n'avait jamais été montré dans un lieu public, excepté deux fois, en 1988 lors d'une exposition à New-York et en 1992 à Ornans. Après son rachat par l'Etat français, son accrochage au Musée d'Orsay a lieu en 1995 – et fit instantanément polémique.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


La Dame de chez Maxim