Découverte - « La vie moderne » dessiné par Livio Bernardo

  • Barnabé le chat
  • Brochette d'agneau
  • Le métro Parisien
  • Les Parisiens
  • Les Parisiennes

 

Cela fait quatre mois que ce graphiste met en scène ses observations sur le compte Instagram "La vie moderne", des observations relatant notamment les contradictions que rencontrent sa génération.
Sur son compte, l’illustrateur met en scène le monde parisien et certains de ses clichés. Cependant, à travers ses dessins caricaturaux des Parisiens et de la vie parisienne, il y ajoute une dose de critique afin de mettre en lumière le paradoxe, quelques absurdités et surtout l’ironie que connait la société actuelle.

>>Pour découvrir la plume et les illustrations de Livio Bernardo


Vous aimerez aussi…

Luke Shadbolt, Maelstrom 1
  • Découverte
  • Photo

D’extraordinaires clichés de vagues au cœur de la tempête par Luke Shadbolt

Les photographies de Luke Shadbolt immortalisent les instants les plus vertigineux des vagues qui s’élèvent au cœur de la tempête. Prêtes à se rompre, véritable mur d’eau, on les contemple depuis les salons comme jamais nul n’a pu le faire.

Vile illusion murale 2
  • Découverte
  • Insolite

 Traverser les murs avec le street art de Vile

A tourner en rond dans nos appartements comme des bêtes en peine, on finit par avoir l’impression que les murs rétrécissent… Le graffeur portugais Vile, de son vrai nom Rodrigo Miguel Sepúlveda Nunes, a trouvé la solution parfaite pour cela.

Alicia Martin Biografias 3
  • Découverte

 Alicia Martin jette les livres par les fenêtres

Les installations d'Alicia Martin, qu’elle appelle « Biografias », mettent en scène des centaines d’ouvrages détournés de leur utilisation première, fixés dans d’étranges formes graciles grâce à une armature métallique.

Bruno Catalano - Les voyageurs 2
  • Découverte

 Des voyageurs qui disparaissent, sculptures surréalistes de Bruno Catalano

Impossible de rester de marbre face aux voyageurs incomplets de Bruno Catalano qui semblent disparaître sous nos yeux et dont seuls des lambeaux demeurent.  Et si cela nous touche autant, c’est parce que leur histoire est profondément humaine, intrinsèquement liée à la vie de l’artiste lui-même.