Trésors de Kyoto
Trésors de Kyoto

Scandale - Les excuses de facebook après la censure d’une Vénus paléolithique

Facebook a présenté ses excuses le jeudi 1er mars après avoir censuré La Vénus de Willendorf, figurine vieille de près de 30 000 ans considérée comme un chef-d’œuvre de l’art paléolithique, exposée au Museum d’histoire naturelle (NHM) de Vienne.
« Nous nous excusons pour cette erreur et avons indiqué à l’annonceur que nous approuvons son annonce », a déclaré auprès de l’AFP une porte-parole de Facebook. Facebook a souligné jeudi que sa « politique en matière de publicité ne permet pas la nudité ou la nudité suggérée ». « Mais nous faisons une exception pour les statues, et à ce titre cette annonce aurait dû être approuvée », a précisé la porte-parole.
Ce n’est pas la première fois que Facebook est mis en cause pour ce genre de contenus.
Souvenez-vous, le réseau social avait fermé le compte d’un de ses utilisateurs pour voir publié une photo de l’artiste Gustave Courbet « L’origine du monde », représentant un sexe féminin.



Trésors de Kyoto