Découverte - Le web post-apocalyptique de Mike Winkelmann

  • Mike Winkelmann, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Microsoft Cloud 2094, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Netflix 2087, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Google Data Center 2079, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Amazon Mobile Site 2091, Fallen Giants
  • Mike Winkelmann, Genius Bar 2073, Fallen Giants

 

Dans une vision post-apocalyptique de notre monde, l’artiste Mike Winkelmann imagine des versions futuristes des géants du web, tels que Facebook, Netflix, Amazon ou Google.

Sa série d’illustrations, intitulée Fallen Giants, montre ces noms de la globalisation dans une posture de déchéance qui n’est pas enviable : à la mort de notre civilisation, ils sont devenus de pauvres constructions décrépies, véritables vestiges d’une époque clairement révolue et oubliée.

Tel un memento mori, l’artiste nous rappelle ainsi la futilité et la superficialité du monde contemporain et de ce qui peuple notre quotidien, à savoir les réseaux sociaux et le web. Ces œuvres font également étrangement écho à l’actualité : mardi 10 avril, Mark Zuckerberg a comparu devant le Sénat des Etats-Unis pour justifier le rôle de Facebook dans son atteinte à la vie privée de ses utilisateurs.

De belles illustrations, pour un constat bien réel qui fait frémir.

>> Découvrir son compte Instagram


Vous aimerez aussi…

May Parlar, Collective Solitude 2
  • Découverte
  • Photo

La solitude collective de May Parlar

La série « Collective Solitude » de May Parlard, nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir… Centrée sur le féminin, May Parlar questionne les notions d’identité et du rapport entretenu avec soi-même – ce « soi » parfois limpide mais aussi inaccessible.

HyperFocal: 0
  • Découverte

La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

Diplômé en architecture, la vision de Hugh Hayden envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps.

Leandro Erlich
  • Découverte

Leandro Erlich pose une échelle vers le ciel

Fortement imprégné de l’esthétique du réalisme magique, c’est en Nouvelle Orléans que Leandro Erlich a pour la première fois l’idée de ce qui deviendra ensuite ses installation phares « Window and Ladder – Too Late for Help » ou « L’ultime déménagement ».

Isaac Cordal
  • Découverte

 Du haut de leur 15cm, ils dénoncent les travers de notre société ! Les personnages urbains d’Isaac Cordal

L’idée du microcosme de l’homme opposé au macrocosme n’est pas nouvelle : sans avoir à remonter jusqu’aux Pensées de Pascal, on la retrouve chez l’artiste espagnol Isaac Cordal. Dans une série d’interventions et d’installations publiques nommée « Éclipses de Ciment », il met en scène de minuscules personnages d’une quinzaine de centimètres dans le milieu urbain.