fbpx
Arts in the City YouTube
Arts in the City YouTube

Bagdad mon amour

 

Jusqu'au 29 juillet 2018 - Institut des Cultures d'Islam // 

Tel un phœnix

  • The Invisible Ennemy Should Not exist
  • Drone hits the great ziggurat of ur
  • Plan for Greater Baghdad

 

L’Irak est un pays meurtri, mais un pays dont les sources de créativité et la volonté de se réinventer persistent malgré tout. De ce pays sont en effet originaires un grand nombre d’artistes qui cherchent, depuis les quatre coins du monde où ils se situent, à se réapproprier leur patrimoine en souffrance. Un patrimoine dont la destruction est systématique depuis  la 2e guerre du Golfe et les violences du groupe terroriste de l’EI. Grâce notamment, à des pièces de musées mais aussi architecturales et archéologiques, l’on tente de recoller les morceaux de l’histoire. Ces œuvres prennent la forme de parodies, montages ou allégories, comme celle, sublime représentant la lutte pour la protection des  richesses artistiques irakiennes, incarnée par la statue de Michael Rakowitz The invisible enemy should not exist. Une statue dont la version cuivrée vient d’ailleurs d’être érigée à Trafalgar Square en Angleterre, cette dernière étant composée de milliers de casseroles. Par-delà ses musées réels et ses « musées sans murs », c’est un pont qui est jeté entre des « alerteurs », qui répondent aux urgences humanitaires d’une nation déchue, et ceux qui, dès les années 1950 ont cherché à réinventer leur héritage après l’indépendance du pays. Entrez dans un parcours dont les étapes illustrent bien la situation, de la réinvention des symboles à la recherche des icônes nationales. Le Mosul Eye Bureau, un recueil de chroniques qui fait la part belle aux objets issus de l’artisanat local ayant pour la plupart péri lors des combats, constitue un précieux témoin du temps. Née d’une initiative salutaire qui s’attache à faire revivre la capitale irakienne, l’exposition Bagdad mon amour, est un véritable cri du cœur.

Iraq is a wounded country and the two last conflicts injured its artistic heritage. So several Iriqi artists decided to restore it, in the attempt to create a new one.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Expo précédente


Arts in the City YouTube