Trésors de Kyoto
Trésors de Kyoto

NANTES // James Turrell

Du 1er juin au 2 septembre 2018 -
Musée d'Arts de Nantes //

  • James Turrell devant le cratère de Roden au couché du soleil, October 2001
  • James Turrell, Awakening, 2006 blue
  • James Turrell, Awakening, 2006 orange
  • James Turrell, Awakening, 2006 purple
  • James Turrell, Awakening, 2006
  • James Turrell, Cardinal Spaces on Fumerole I, 1993
  • James Turrell, Cherry, 1998
  • James Turrell, Roden Crater (Survey), 1991
  • James Turrell,Aerial view of the crater, 1982
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City

 

Et la lumière fut !

James Turrell joue avec les éléments pour créer du beau, mais pas seulement. Il nous fait nous retrancher au plus profond de nos certitudes sensorielles pour nous surprendre avec panache. Par exemple : pour appréhender Cherry (1998), vous devrez pénétrer dans un cube par un couloir sombre. Puis, plongé dans le noir, votre œil s’acclimatera puis percevra progressivement un rectangle rouge dont la couleur s’affirme de plus en plus, de manière hypnotique. Est-ce un aplat monochrome, un volume, une toile tendue ou un écran ? C'est tout le mystère des œuvres de Turrell : à la fois présentes et impalpables, réelles et immatérielles, elles sèment le doute dans notre perception des choses et nous placent au cœur d’un dispositif où le temps semble suspendu. Les œuvres se meuvent au gré du regard des visiteurs, changeant d’un angle de vue à l’autre. Les œuvres deviennent alors presque éphémères. Elles deviennent multiples tout en n’étant qu’une. Comme une plongée sensorielle au cœur l’immatérialité vous verrez le monde coloré de Turrell se composer puis se décomposer devant vos yeux ébahis.

> On a vu, on vous raconte : l'exposition James Turrell au Musée d'Arts de Nantes en vidéo



Trésors de Kyoto