Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

LE CANNET // Inspirantes inspiratrices

Du 7 juillet au 4 novembre 2018 -
Musée Bonnard //

  • Édouard Vuillard, La Nuque de Misia, 1897-1899 Collection particulière – droits réservés
  • Édouard Vuillard, Madame Hessel rêvant au bord de mer, 1902 Hammer Museum, Los Angeles, USA, collection Armand Hammer, don de la fondation Armand Hammer
  • Henri Lebasque, Nono à l’aquarelle, collection particulière, Courtesy galerie Pentcheff
  • Jules Pascin, Portrait d’hermine David au chapeau à fleurs, 1916, collection particulière – droits réservés
  • Marc Chagall, Les Amoureux en gris, vers 1916-1917 Paris, musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme Photo (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais . image Centre Pompidou, MNAM-CCI
  • Pierre Bonnard,Le repos, Renée Monchaty, collection Winter, © photo Thiery Jacob

 

À une époque comme la nôtre, époque à laquelle le rôle des femmes est au centre des débats publics, cette exposition tombe à pic. Car il y a bien un point sur lequel tout le monde peut s’accorder : le rôle primordial d’inspiration qu’elles incarnent. Les grands artistes contemporains comme anciens ont quasiment tous une « muse », une femme leur apportant tant d’inspiration, qu’elles en deviennent le sujet principal de leur art. Peut-on imaginer Bonnard sans Marthe, Dalí sans Gala, Picasso sans Fernande, Monet sans Blanche, Renoir sans Gabrielle, ou encore Giacometti sans Annette ? Le corps féminin est une chose à la fois sensuelle et sacrée, ses courbes appellent aussi bien les idées charnelles que maternelles. Objet d’amour donnant la vie, le corps d’une femme recèle de nombreux mystères et déchaîne les passions. Les femmes sont par essence des tableaux mouvants. Est-ce pour cela qu’on leur attribue le beau rôle en niant presque toute concurrence masculine ? Ces histoires de muses et de leurs artistes fétiches mettent en dialogue les expériences à la fois contraires et complémentaires vécues par des figures indétrônables de l’art. Des histoires d’amitiés, d’amour, des histoires de vie en somme. Une ode aux femmes qui ont su, grâce à leur personnalité, devenir objet non pas de désir, mais bien objet d’art.

 



Requiem pour les Barthélemy