Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

TOULOUSE // Même pas peur

Du 29 juin au 30 septembre 2018 -
Fondation Bemberg //

  • Annette Messager (née en 1943) Gants-tête 1999 © André Morin
  • Epingle de cravate électriqueGustave Trouvé (1839-1902)Paris, vers 1867
  • Eros assis sur un crâneFrance, XVIIIe siècle © Felipe Ribon
  • Gerhard Richter (né en 1932) Skull 1983
  • Jean-Michel Alberola (né en 1953) Crâne1995
  • Miquel Barceló (né en 1957) Crâne aux allumettes 2006 © André Morin,
  • NetsukeIvoire Japon, XIXe siècle © Felipe Ribon
  • Okimono « Squelette assis sur un crâne »Japon, XIXe siècle Ivoire marin
  • OkimonoIvoire Japon, XIXe siècle © Felipe Ribon
  • Ombrelle, vers 1890-1900 © Felipe Ribon
  • Page de stamnbuchAllemagne, fin XVIIe siècle
  • Squelette dans un linceul assis sur un tombeau France, daté 1547 © Felipe Ribon

 

Collection de la baronne Henri de Rothschild

Si la « tête de mort » est devenue un symbole de mode, c’est certainement, en partie, grâce au souvenir des vanités : ces tableaux de crânes mis en scène au milieu de fleurs fraîches ou fanées et de jarres de vin. Bien qu’il soit aussi utilisé à des fins d’épouvante, le crâne est un sujet par nature universel et intemporel, un souvenir concret d’une âme déchue, tout comme les portraits classiques après tout.



Requiem pour les Barthélemy